Oct 08

LE LOBBY NUCLÉAIRE EST AUX COMMANDES, AU MÉPRIS DE LA SÉCURITÉ DES FRANÇAIS

Les débats finaux –si tant est qu’il y en ait- autour de la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) sont à pleurer tant ils méprisent l’intérêt des Français, les choix qu’ils ont exprimés lors du débat public, leur porte-monnaie et leur vie.

Le lobby nucléaire est bien obligé de sortir du bois pour préciser le nombre de centrales qu’il est prêt à fermer… Après 2029, puisque chacun a bien compris que c’est lui qui décidait de la politique énergétique de la France et par voie de conséquence des risques auxquels les français sont exposés et des coûts qu’ils seront bien obligés de supporter.

EDF serait donc prête à fermer entre 7 et 12 réacteurs entre 2029 et 2035. Ils auront alors plus de 50 ans (sic). RTE plus raisonnable propose d’en fermer 6 d’ici 2028. EDF, qui traîne un boulet de plus de 50 milliards de dettes, mais est convaincu que le contribuable français la comblera comme il l’a fait pour partie pour Areva (tous les « trucs » sont bons pour éviter la colère de l’Union européenne et contourner l’interdiction des aides d’État) veut en plus construire 6 EPR à 10 milliards l’unité … à condition qu’il soit capable déjà d’en construire un, ce qui n’est pas démontré. On croit rêver!

Tout ceci se fait bien entendu comme si l’autorité de sûreté nucléaire n’existait pas, mais il est vrai que sa complaisance lorsqu’il s’agit de prendre des décisions fortes se fait de plus en plus grande… voir son attitude déraisonnable par exemple sur les générateurs de vapeur de Fessenheim ou sur l’absence de réalisation dans les délais prévus des unités de secours des diesels qui devaient être réalisés sur toutes les centrales nucléaires (décision de 2012) et qui ne le sont que sur deux réacteurs à ce jour.

Tout ceci se fait au mépris de la sécurité et de la sûreté. Ainsi, grâce à une députée allemande, l’autorité de sûreté nucléaire a été mise dans l’obligation de publier la liste des événements dits précurseurs définis comme étant « ceux qui conduisent un accroissement de risque de fusion du cœur par rapport à la probabilité de fusion du cœur pris en compte lors de la conception des installations« . Pas moins de 158 événements de ce type se sont produits entre 2003 et 2014 dont 14 pour Fessenheim 1 et 17 pour Fessenheim 2, nombre maximal atteint par quatre autres réacteurs –dont Bugey-. Ainsi, alors que le risque d’accident nucléaire s’accroît de manière considérable avec des réacteurs de plus de 40 ans qui ont été prévus initialement pour durer 30 ans, (NDLR : exact et non 40 ans comme le prétendent certains) EDF n’hésite pas, pour son intérêt économique propre, à exposer les Français à des centrales de 50 ans d’âge.

Tout ceci se fait au mépris de l’avis émis par les Français lors du débat public qui s’est déroulé entre mars et juin 2018, sous l’égide de la commission nationale du débat public. La volonté de réduire la part du nucléaire en favorisant le renouvelable, et ce dans les délais les plus rapides, et de fermer les centrales vieillissantes s’est exprimé de la manière la plus claire. Mais, au mépris des exigences communautaires qui imposent de prendre en considération l’avis du public lorsqu’il est sollicité, le lobby nucléaire qui s’exprime désormais au plus haut niveau n’en a cure.

Tout ceci se fait enfin au mépris de nos intérêts économiques et industriels puisque le lobby nucléaire bloque tout développement sérieux de l’autoconsommation collective qui pourrait permettre une progression fulgurante de l’énergie renouvelable en France; il interdit aux collectivités locales de distribuer par des boucles locales l’énergie qu’elles pourraient produire, réduisant ainsi leur capacité économique. Et, il continue dans la contrevérité qui consiste à soutenir que nucléaires et renouvelables vont de pair alors que c’est faux puisque le marché stagne et que la production d’électricité nucléaire empêche toute progression des énergies renouvelables.

Tout ceci enfin se fait au mépris de l’intérêt économique et financier des Français. L’énergie nucléaire est désormais reconnue par le monde entier comme étant la plus chère du monde et, d’anciens dirigeants de l’AIEA reconnaissent eux-mêmes qu’elle n’est plus compétitive. Nous réengager dans la voie du nucléaire condamne la France et les Français à perdre encore en compétitivité, et à payer leur énergie beaucoup plus chère que ce que paieront à brève échéance nos voisins européens.

La responsabilité qui est prise actuellement à la demande du lobby nucléaire par les responsables politiques est immense et il va de soi que si un accident se produisait, ils en porteraient une responsabilité qui ne serait pas seulement morale. Dans tous les cas, ils porteront pour l’histoire la responsabilité d’une génération de dirigeants qui n’a pas compris la transformation du monde, a cru que communication pouvait longtemps dissimuler inaction et contre action et qui se trouvera confrontée très rapidement à une réaction de la société civile qui refusera toute électricité qui ne sera pas verte…

Corinne Lepage, avocate, ancienne députée européenne Cap21, ancienne ministre de l’Environnement

https://www.huffingtonpost.fr/corinne-lepage/le-lobby-nucleaire-est-aux-commandes-au-mepris-de-la-securite-des-francais_a_23550523/