Oct 09

FRANCE: ENGIE VEUT UNE APPROCHE « ÉQUILIBRÉE » FACE AU « TOUT ÉLECTRIQUE »

Paris – Engie a mis en garde le gouvernement sur des scénarios « tout électrique » au moment où il élabore sa feuille de route énergétique, prônant une approche « équilibrée » qui fasse notamment une place au gaz renouvelable.

« Nous voyons circuler un peu partout des scénarios aussi irréalistes qu’utopiques. Des scénarios qui sont tout électrique, qui sont plus ou moins, en le disant ou sans le dire, tout nucléaire, ou à très forte proportion de nucléaire« , a déclaré Didier Holleaux, directeur adjoint d’Engie, lors d’une conférence de presse.

Ces déclarations interviennent alors que le gouvernement doit présenter fin octobre sa programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) pour les années 2018-2023 et 2023-2028.

Elle doit s’inscrire dans les objectifs de la Stratégie nationale bas carbone (SNBC), qui vise la neutralité carbone pour la France en 2050. Or, Engie craint la volonté de réduire très fortement le rôle du gaz à cet horizon.

« Si on part sur des scénarios à 2050 qui sont aussi extrémistes, on risque de prendre à court terme sur la PPE des décisions qui sont néfastes« , juge Didier Holleaux.

Il a défendu une vision « équilibrée » qui fasse la part belle au gaz renouvelable.

« Dans une PPE idéale, on aimerait voir une réaffirmation de l’objectif de 10% de gaz renouvelable à l’horizon 2030 et même dire que c’est un minimum« , a indiqué M. Holleaux. Il est selon lui « réaliste » d’atteindre ce chiffre dès 2028 avec des soutiens appropriés pour le gaz renouvelable, qui ne pèse que 0,5% aujourd’hui.

Par ailleurs, « nous souhaitons que soit affirmée la même volonté en ce qui concerne l’éolien flottant« , a-t-il poursuivi, alors qu’Engie, acteur majeur du gaz, revendique aussi la place de premier acteur des énergies renouvelables en France.

Enfin, « nous voudrions une PPE qui affiche le principe de complémentarité des énergies« , a-t-il conclu. Un principe qui s’appliquerait par exemple dans les transports avec un soutien pas seulement au véhicule électrique, mais aussi pour les solutions à base de gaz.

Plus généralement, Engie regrette que le débat se résume à la place de l’électricité nucléaire en France et demande que soient pris en compte d’autres aspects comme l’efficacité énergétique ou encore les réseaux de froid et de chaleur.

« Il est essentiel de +décarboner+ avant d’électrifier« , a aussi estimé Didier Holleaux, mettant notamment en garde contre la tentation de généraliser les chauffages électriques dans les logements neufs. En période de pointe, la demande risque en effet fort d’être satisfaite par des moyens thermiques (charbon, gaz) ou par l’importation d’électricité allemande à base de lignite, selon lui.

jmi/mhc/tq/LyS

ENGIE

AFP / 08 octobre 2018

https://www.romandie.com/news/France-Engie-veut-une-approche-quilibr-e-face-au-tout-lectrique/960319.rom