Oct 24

MOSCOU LÈVE LE VOILE SUR SA POSSIBLE RIPOSTE AU RETRAIT US DU TRAITÉ FNI

Une riposte russe à un éventuel retrait américain du Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire serait pertinente, a déclaré la présidente du Conseil de la Fédération Valentina Matvienko. Celle-ci a également mis en garde Washington contre les conséquences d’une telle décision.

La Russie considère qu’une riposte serait pertinente si les États-Unis se retirent du Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (FNI), a déclaré mercredi aux journalistes la présidente du Conseil de la Fédération Valentina Matvienko.

«Le retrait américain de ce traité ouvre une course aux armements. Et bien que cela puisse arriver malgré nous, nous pourrons défendre nos intérêts. Nous trouverons une riposte pertinente», a-t-elle indiqué.

Mme Matvienko a souligné que Washington a pris cette décision unilatéralement sans discuter des conséquences possibles avec des experts ni même expliquer à la Russie ses réclamations que Moscou a déjà qualifiées d’«infondées» et d’«absurdes».

«C’est très affligeant et très inquiétant. Il s’agit d’une décision catastrophique qui détruit le mécanisme de la stabilité internationale», a-t-elle conclu.

Donald Trump a annoncé samedi son intention de retirer son pays du traité, accusant Moscou de le violer et soupçonnant la Chine de développer activement des armes. Le vice-ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Riabkov ainsi que le signataire russe historique de ce document, Mikhaïl Gorbatchev, ont averti Washington du danger de cette initiative, évoquant la possibilité d’une riposte.

Signé le 8 décembre 1987 par le Président américain Ronald Reagan et le secrétaire général du Parti communiste Mikhaïl Gorbatchev, le Traité FNI visait à détruire en trois ans les missiles d’une portée de 500 à 5.500 km.

https://fr.sputniknews.com/international/201810241038626201-moscou-riposte-retrait-us-traite-fni/