Oct 31

DÉPOLLUTION À MORUROA : « AUTANT NOUS EXPLIQUER QU’UNE NOUVELLE COIFFURE ET UNE PÉDICURE CONSTITUENT UN REMÈDE SÉRIEUX AU CANCER »

PARIS, le 30 octobre 2018. Le député Moetai Brotherson a profité du débat lors de l’examen du budget outre-mer à l’Assemblée nationale pour interpeller la ministre Annick Girardin sur la dépollution de Moruroa et de Fangataufa. « Si pour vous dépolluer c’est déconstruire les ruines des infrastructures logistiques pour effacer les traces visibles de l’époque de essais alors autant nous expliquer qu’une nouvelle coiffure et une pédicure constituent un remède sérieux au cancer« , a-t-il souligné avant de demander : « quelles sont précisément dans ce projet de loi de finances les lignes consacrées à la dépollution massive des atolls de Moruroa et de Fangataufa? ».

Alors que les députés examinent le budget outre-mer, Moetai Brotherson a pris la parole pour interpeller la ministre Annick Girardin. Devant un hémicycle plutôt clairsemé, il a souligné : « Je reviens sur nos bancs depuis la Polynésie, où j’ai pu, sous contrôle militaire, visiter l’atoll de Moruroa qui arbore encore les vestiges de ce qui a construit la force nucléaire de l’État synonyme de mort, de maladie, et de bouleversement sociétal pour le peuple polynésien. Pendant 30 ans, l’État a fait taire les résistants de la bombe. On espère révolue cette époque de la Vème République portant sans état d’âme le mensonge officiel des essais nucléaires propres. Madame la ministre vous avez évoqué à deux reprises le fait que l’État travaille à la « dépollution des atolls de Moruroa et de Fangataufa.« 

« Vous vantiez le 11 octobre dernier au Sénat, que le ministère des Armées investissait, je vous cite, « massivement dans la dépollution (…) des atolls concernés ». Je m’interroge car rien ne va dans ce sens dans la présente loi de finances ni dans les précédentes », a mis en avant le député polynésien. « Le budget de la Défense ne fait mention que des fonds qui sont spécifiquement dédiés à la surveillance radiologique et géo-mécanique de Moruroa avec Telsite 2. Alors que des kilos de plutonium issus des essais aériens demeurent, par 10 mètres de fond dans le lagon de Moruroa, sous le ‘banc Colette’, de quelle dépollution parlez-vous Madame la ministre ? Alors que sur ce même atoll, plusieurs puits de plus d’un kilomètre de profondeur abritent encore les fantômes des essais souterrains, à quels investissements massifs pour dépolluer faites-vous référence ?« 

« Si pour vous dépolluer c’est déconstruire les ruines des infrastructures logistiques pour effacer les traces visibles de l’époque de essais alors autant nous expliquer qu’une nouvelle coiffure et une pédicure constituent un remède sérieux au cancer », ajoute Moetai Brotherson avant de demander. « Ma question est très simple : quelles sont précisément dans ce projet de loi de finances les lignes consacrées à la dépollution massive des atolls de Moruroa et de Fangataufa ? »

Annick Girardin a répondu de manière succincte en rappelant le financement par l’État des activités de surveillance mais n’a pas abordé la question de la dépollution et a indiqué que le président de la République répondra à ces questions lors de sa venue au fenua au premier trimestre 2019.

https://www.tahiti-infos.com/Depollution-a-Moruroa-Autant-nous-expliquer-qu-une-nouvelle-coiffure-et-une-pedicure-constituent-un-remede-serieux-au_a176401.html