Nov 16

QUE VONT DEVENIR LES DÉCHETS NUCLÉAIRES JETÉS DANS LES OCÉANS ?

«Entre 1946 et 1993, 14 pays ont procédé à des immersions de déchets radioactifs dans plus de 80 sites situés dans les océans Pacifique, Atlantique et Arctique», rappelle l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra). En 1993, un accord international est trouvé pour interdire cette pratique.

Parmi ces déchets immergés, on trouve des liquides radioactifs en fûts ou non, des déchets solides en fûts mais aussi «des cuves de réacteurs nucléaires, contenant éventuellement du combustible, provenant des États-Unis ou de l’ex-URSS».

Tous ces sites sont récapitulés sur la carte ci-dessous. Petite particularité géopolitique, le site le plus proche des côtes françaises, a été utilisé par l’Angleterre et la Belgique.

L’activité totale des déchets immergés était d’environ 85 000 Téra becquerels à la date de leur immersion, selon l’Andra. Le becquerel est une mesure de la radioactivité qui caractérise le nombre de désintégrations spontanées de noyaux d’atomes instables par seconde. Le corps humain émet environ 8000 Bq. Parmi les éléments radioactifs présents, on trouve le Césium 137 (qui a une demi-vie de 30 ans, c’est à dire dont la radioactivité est divisée par deux tous les trente ans), le tritium (demi-vie de 12,3 ans) ou encore le Carbone 14 (5700 ans). 

La France est responsable de l’immersion de 14 200 tonnes de déchets radioactifs conditionnés, d’activité totale d’environ 350 TBq, dans l’Atlantique Nord (sur deux sites lors de campagnes coordonnées par L’Agence pour l’énergie nucléaire au sein de l’OCDE) et de 3 200 tonnes de déchets radioactifs, d’une activité totale inférieure à 0,1 TBq, dans les eaux territoriales françaises en Polynésie.

Quelle surveillance ?

Les sites Polynésiens font l’objet d’une surveillance régulière par le ministère de la Défense. Les derniers résultats sont publiés dans le rapport de 2016, dont la conclusion est la suivante :

«La surveillance de l’environnement à Moruroa et à Fangataufa met en évidence que les radionucléides artificiels mesurés dans les échantillons sont présents à des niveaux très bas et souvent inférieurs ou voisins de la limite de détection des appareils de mesure de la radioactivité. Depuis la situation radiologique établie par l’AIEA en 1996, constat de référence des niveaux d’activité dans l’environnement des deux atolls, les concentrations mesurées dans le milieu terrestre et les sédiments marins gardent la trace des essais atmosphériques en étant stables ou en légère diminution. En particulier, les mesures des quatre prélèvements de sédiments du lagon en périphérie du banc Colette à Mururoa montrent une stabilité de la radioactivité

Les autres sites sont beaucoup moins surveillés. Dans son inventaire des déchets immergés publié en 2017, la dernière campagne de surveillance que mentionne l’Andra est celle de GreenPeace en 2000. L’association avait filmé la dégradation des fûts de déchets radioactifs au fond de la mer dans le site le plus proche des côtes françaises, la fosse des Casquets dans la Manche utilisée par la Belgique et le Royaume-Uni.

Selon l’inventaire 2015 de l’AIEA, lors de la campagne de surveillance de 1992 en Atlantique Nord, «des concentrations élevées» de radio nucléides indiquaient «des fuites des colis». L’AIEA note d’ailleurs que «les colis avaient pour but de s’assurer que les déchets soient transportés intactes au fond de l’océan, il était donc attendu qu’une lente dispersion dans l’eau environnante puisse arriver».

Par ailleurs, l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire a pour mission «une veille permanente des niveaux de radioactivité. Il surveille également le milieu marin de la métropole et de l’outre-mer, et donc la radioactivité de l’eau de mer, des sédiments, de la flore et de la faune». Il détient une quinzaine de stations de surveillance sur les côtes de l’Hexagone. Il ne s’agit donc pas d’une surveillance des sites de déchets immergés mais de l’environnement de vie des français.

Accidents involontaires

Il faut ajouter aux décharges nucléaires maritimes volontaires, le cas des pollutions radioactives dues à des accidents de bateaux ou de sous-marins à propulsion ou armements nucléaires. En 2000, la Russie avait ainsi perdu un sous-marin nucléaire, le Koursk, qui avait ensuite été renfloué, une première à l’époque et encore unique opération à ce jour à notre connaissance. L’accident avait eu lieu en mer de Barents, qui abriterait «plus de 30 000 mètres cubes de déchets radioactifs solides, et 7 000 mètres cubes de liquides seraient entreposés dans la région», écrivait Libération en 2000.

À notre connaissance, aucun projet n’existe pour extraire ces déchets des fonds marins. Selon l’AIEA, la radioactivité totale au fond des océans sera sous les 10 000 térabecquerel en 2050.

Par Olivier Monod 16 novembre 2018 à 10:31

https://www.liberation.fr/checknews/2018/11/16/que-vont-devenir-les-dechets-nucleaires-jetes-dans-les-oceans_1681631