Déc 22

CHINON : À L’ASN DE TRANCHER SUR LE DÉMANTÈLEMENT

À l’arrêt total depuis 1990, les trois réacteurs de Chinon A attendent toujours d’être démantelés.

La première centrale nucléaire civile de France – dont la « Boule » transformée depuis en musée a été débranchée dès 1973 – a laissé place à partir de 1984 à Chinon B et ses réacteurs à eau pressurisée.

En octobre 2016, EDF annonçait son choix de porter la déconstruction des trois unités de type « uranium naturel graphite-gaz » en exemple national. Le géant mondial de l’électricité continue de voir en Chinon A2, arrêté en 1985, un cas d’étude « assez représentatif du parc nucléaire de première génération ».

Le nouveau plan présenté par EDF devait être visé par l’Autorité de sûreté nucléaire courant 2017, prévoyait-on alors à Avoine. Il scelle l’abandon d’une découpe des caissons sous l’eau, réputée constituer un rempart naturel contre la radioactivité, à la faveur d’un travail réalisé sous air par des robots téléopérés.

Le 5 décembre, Antoine Ménager, directeur de Chinon, assurait attendre une décision « imminente » du gendarme du nucléaire. Selon lui, « A2 a de fortes chances d’être confirmée comme tête de série de la déconstruction de ce type d’unité ».

Si la feuille de route de l’électricien est validée, les premiers signes de démantèlement ne poindront qu’à l’horizon 2030 à Chinon. Une réponse aux doutes formulés quant à la capacité d’EDF de déconstruire ? « EDF sait faire, nous en faisons la démonstration sur le réacteur de Chooz (Ardennes) », avance Antoine Ménager.

Plus compliqué donc plus coûteux, le démantèlement des caissons des unités graphite-gaz a pris du retard. Près d’une décennie. « Le chantier concernant les échangeurs de chaleur de A3 est complètement réalisé sur le premier demi-échangeur sud et en cours sur l’autre demi-échangeur nord », nuance toutefois Ariane Bousquet, chargée de la communication « Énergies ».

Une campagne d’ampleur telle qu’annoncée à Chinon est prévue pour se conclure d’ici à 2055. Dans le meilleur des cas.

Publié le 22/12/2018 à 04:55 | Mis à jour le 22/12/2018 à 05:10

https://www.lanouvellerepublique.fr/tours/a-l-asn-de-trancher-sur-le-demantelement