Déc 23

NOUVELLE GUERRE FROIDE ET MENACES IMMINENTES

John Pilger, journaliste d’investigation et documentariste, parle de l’agression américaine dans la région Asie-Pacifique et du déclin de sa domination mondiale et affirme qu’une « nouvelle guerre froide entraîne l’isolement des États-Unis et représente un danger pour nous tous »…

Extraits :

…Votre récent documentaire, The Coming War on China, montre comment les États-Unis sont en guerre contre la Chine. Pouvez-vous expliquer le mécanisme de cette guerre secrète ? Pensez-vous que l’Asie-Pacifique sera la prochaine région d’intervention impérialiste ? Comment se déroulera cette intervention et quelles en seront les retombées ?

C’est une « guerre secrète » uniquement parce que notre perception est façonnée pour ignorer la réalité. En 2010, la secrétaire d’État américaine Hillary Clinton s’est rendue à Manille et a chargé le président philippin Benigno Aquino, récemment inauguré, de prendre position contre la Chine pour son occupation des îles Spratly et d’accepter la présence de cinq bases marines américaines. Manille s’entendait bien avec Beijing, ayant négocié des prêts bonifiés pour l’infrastructure dont elle avait grand besoin. Aquino a fait ce qu’on lui a dit et a accepté qu’une équipe juridique dirigée par les États-Unis conteste les revendications territoriales de la Chine devant la Cour d’arbitrage de l’ONU à La Haye. Le tribunal a conclu que la Chine n’avait aucune juridiction sur les îles ; un jugement que la Chine a rejeté catégoriquement. Il s’agissait d’une petite victoire dans une campagne de propagande américaine visant à dépeindre la Chine comme rapace plutôt que défensive dans sa propre région. Le motif en était l’insécurité croissante de l’élite de la sécurité nationale/militaire/médiatique américaine, qui n’était plus la puissance dominante du monde.

L’année suivante, en 2011, le président Obama a déclaré un « pivot à la Chine ». Cela a marqué le transfert de la majorité des forces navales et aériennes américaines dans la région Asie-Pacifique, le plus grand mouvement de matériel militaire depuis la Seconde Guerre mondiale. Le nouvel ennemi de Washington – ou plutôt, un ennemi de nouveau – était la Chine, qui avait atteint des sommets économiques extraordinaires en moins d’une génération.

Les États-Unis ont depuis longtemps une série de bases autour de la Chine, de l’Australie aux îles du Pacifique, en passant par le Japon, la Corée et l’Eurasie. Celles-ci sont en cours de renforcement et de modernisation. Près de la moitié du réseau mondial des États-Unis, qui compte plus de 800 bases, a encerclé la Chine, « comme le nœud coulant parfait », a déclaré un responsable du département d’État. Sous couvert du « droit à la liberté de navigation », des navires américains à faible tirant d’eau pénètrent dans les eaux chinoises. Les drones américains survolent le territoire chinois. L’île japonaise d’Okinawa est une vaste base américaine, avec ses contingents préparés à une attaque contre la Chine. Sur l’île coréenne de Jeju, des missiles de classe Aegis visent Shanghai, à 640 kilomètres de là. La provocation est constante.

Le 3 octobre, pour la première fois depuis la guerre froide, les États-Unis ont menacé ouvertement d’attaquer le plus proche allié de la Chine, la Russie, avec laquelle la Chine a un pacte de défense mutuelle. Les médias s’y sont peu intéressés. La Chine s’arme rapidement ; selon la littérature spécialisée, Pékin a changé sa posture nucléaire, passant d’une alerte basse à une alerte haute.

Des gens comme Noam Chomsky disent que l’empire américain est en déclin. Vous le pensez vraiment ? Ces derniers temps, nous avons vu les États-Unis tenter de parvenir à un accord avec la Corée du Nord ; plus tôt, ils avaient tenté de rétablir des relations diplomatiques avec Cuba. Qu’indiquent ces épisodes ? Pensez-vous que le monde se diversifie ?

L’empire américain en tant qu’idée est peut-être en déclin, l’idée d’une seule puissance dominante et la dollarisation de l’économie mondiale, mais la puissance militaire américaine n’a jamais été aussi menaçante. Une nouvelle guerre froide entraîne l’isolement des États-Unis et représente un danger pour nous tous. Au début du XXIe siècle, [le journaliste et romancier américain] Norman Mailer écrivait que le pouvoir américain était entré dans une ère « pré-fasciste ». D’autres ont suggéré que nous y sommes déjà.

Vous avez dit que l’un des triomphes du XXIe siècle en matière de relations publiques était le slogan d’Obama « le changement auquel nous croyons ». Vous avez également dit que la campagne mondiale d’assassinats d’Obama était sans doute la campagne de terrorisme la plus coûteuse depuis le 11 septembre 2001. Pourquoi avez-vous été si dur envers Obama, qui a gagné le prix Nobel de la paix ? Que pensez-vous de Donald Trump et de sa présidence ?

Je n’ai pas été « dur » envers Obama. C’est Obama qui a été dur envers une grande partie de l’humanité, contrairement à son image médiatique souvent absurde. Obama était l’un des présidents américains les plus violents. Il a lancé ou soutenu sept guerres et a quitté le pouvoir sans qu’aucune ne soit résolue : un record. Au cours de sa dernière année à la présidence, en 2016, selon le Conseil des relations extérieures, il a largué 26 171 bombes. C’est une statistique intéressante ; il s’agit de trois bombes toutes les heures, 24 heures par jour, sur des civils pour la plupart. La technique de bombardement qu’Obama a fait sienne a été l’assassinat par drone. Tous les mardis, rapportait le New York Times, il choisissait les noms de ceux qui allaient mourir dans un « programme » d’assassinats extrajudiciaires. Tous les hommes d’âge militaire au Yémen et aux frontières du Pakistan étaient considérés comme des animaux à part entière. Il a multiplié les opérations des forces spéciales américaines dans le monde, notamment en Afrique. Avec la France et la Grande-Bretagne, lui et sa secrétaire d’État Hillary Clinton ont détruit la Libye en tant qu’État moderne sous le prétexte faux et familier que son dirigeant était sur le point de commettre un massacre d’’innocents. Cela a conduit directement à la croissance des médiévistes de Daech [ou État islamique] et à une vague d’immigration de l’Afrique vers l’Europe. Il a renversé le président démocratiquement élu de l’Ukraine et a installé un régime ouvertement soutenu par le fascisme – comme une provocation délibérée à la Russie.

L’attribution du prix Nobel de la paix à Obama fut une imposture. En 2009, il s’est tenu au centre de Prague et a promis d’aider à créer un monde « exempt d’armes nucléaires ». En vérité, il a augmenté le nombre d’ogives nucléaires américaines et autorisé un programme de construction nucléaire à long terme d’un montant d’un billion de dollars. Il a poursuivi plus de lanceurs d’alerte, de révélateurs de la vérité, que tous les présidents américains réunis. Sa principale réussite, pourrait-on dire, fut de mettre fin au mouvement anti-guerre américain. Les manifestants sont rentrés chez eux en croyant aux messages d’« espoir » et de « paix » d’Obama, et ils se sont mis à croire. La seule distinction d’Obama était d’avoir été le premier président noir au pays de l’esclavage. Dans presque tous les autres aspects, il n’était qu’un autre président américain dont l’affirmation constante était que les États-Unis étaient « la seule nation indispensable », qui présumait que les autres nations étaient dispensables….

Publié le 23 décembre 2018

Pour lire l’intégralité de l’article, cliquer sur : https://www.legrandsoir.info/nouvelle-guerre-froide-et-menaces-imminentes-frontline.html