Déc 24

UNE FUITE RADIOACTIVE SOUS UNE CENTRALE NUCLÉAIRE EN ARDÈCHE INQUIÈTE

Sept mois après la polémique autour de la pollution des eaux souterraines du site nucléaire en Ardèche, des experts demandent à EDF de faire toute la lumière sur cette affaire.

Le 15 mai dernier, des fuites radioactives sont détectées dans la nappe phréatique, située juste en dessous des quatre réacteurs de 900 mégawatts (MW) du site nucléaire en Ardèche. Un phénomène qui a particulièrement agacé la Criirad (Commission de recherche et d’information indépendante sur la radioactivité), spécialisée dans la surveillance de l’activité nucléaire en France. Ainsi, le 10 décembre, elle a claqué la porte de la Commission locale d’information (CLI) de la centrale nucléaire de Cruas-Meysse. « Les réunions au sein de la CLI sont une mascarade, s’insurge dans Le Parisien, Sylviane Poulenard, l’administratrice de la Criirad. C’est plus de la communication que de l’information« . Pourtant, elle estime que ces nouveaux incidents pourraient avoir des conséquences importantes et dangereuses sur la santé des riverains ainsi que sur l’environnement.

Des concentrations 20 fois supérieures à la normale

« Les résultats font mention de concentrations vingt fois supérieures à la normale !, s’alarme Roland Desbordes, physicien de formation, président de la Criirad de 1997 à 2017. Soit 190 becquerels (NDLR : l’unité de radioactivité) par litre, au lieu des 10 habituellement constatés« . Selon l’association, la contamination aurait touché l’eau qui alimente la cantine des salariés alors que normalement le circuit d’eau destinée à la consommation doit être indépendant. « Cela explique pourquoi EDF a traîné des pieds avant d’informer l’Autorité de sûreté nucléaire du problème« , dénonce encore l’ancien président de la Criirad.

>> Lire aussi : Les dérives d’EDF dans le nucléaire vont faire exploser notre facture

Ce n’est qu’une semaine après l’observation de la fuite, soit le 22 mai, qu’EDF a prévenu l’ASN qui de son côté, a réalisé sa première inspection le 30 mai. « La légère augmentation de la présence de tritium dans les eaux souterraines de la centrale est sans conséquence environnementale ni sanitaire, explique la direction d’EDF qui tente de minimiser la situation. Les mesures relevées sont très largement inférieures au seuil de potabilité défini par l’Organisation mondiale de la santé, qui est de 7.800 becquerels par litre« . Néanmoins, le groupe admet que la consommation d’eau a été suspendue dès le 17 mai. « Il faudrait boire 200 litres d’eau du robinet chaque jour pendant un an, assure toutefois EDF, pour ingérer l’équivalent de l’exposition d’une radio thoracique. Ou encore de dix trajets Paris-New York en avion« . Des explications qui ne rassurent pas la Criirad.

« Des explications fumeuses »

Selon EDF, la fuite serait la conséquence d’une « défaillance de pompes chargées d’évacuer des effluents, ainsi qu’une mauvaise étanchéité d’un puits« . Un simple problème de plomberie qui une fois encore est loin de satisfaire l’ancien président de l’association. « Ces explications sont fumeuses. On peut comprendre que des pompes tombent en panne. Mais pas que cela contamine une nappe d’eau souterraine reliée de surcroît à un fleuve« , a-t-il encore lancé au quotidien.

Par Marine Thoron, publié le 24/12/2018 à 9h06, mis à jour le 24/12/2018 à 11h35

https://www.capital.fr/entreprises-marches/une-fuite-radioactive-sous-une-centrale-nucleaire-en-ardeche-inquiete-1321118