Jan 24

ARMES NUCLÉAIRES: UN DÉPUTÉ VEUT UN RÉFÉRENDUM D’INITIATIVE PARTAGÉE

Le député communiste Jean-Paul Lecoq propose aux parlementaires de recourir au référendum d’initiative partagée (RIP) afin d’obtenir de la France « l’abolition des armes nucléaires et radioactives« . Présentée aujourd’hui lors d’une conférence à l’Assemblée nationale, la proposition de loi visant à organiser ce référendum a réuni 30 signatures de députés et sénateurs, en majorité communistes, a indiqué l’élu de Seine-Maritime.

LIRE AUSSI – La réduction des armes nucléaires dans le monde risque de marquer le pas

La signature de 185 parlementaires est requise pour initier un RIP. Le texte doit ensuite être signé par 10% du corps électoral, soit environ 4,5 millions de personnes. Le référendum d’initiative partagé, introduit par Nicolas Sarkozy dans la Constitution en 2008, n’a jamais été utilisé.

« Aujourd’hui, il n’y a plus de débats sur la question des armes nucléaires alors qu’on en demandait le démantèlement il y a quelques décennies. Remettons donc le sujet au cœur du débat. Il est temps de faire un état des lieux en France« , a affirmé M. Lecoq, co-auteur d’un rapport d’information sur l’arme nucléaire dans le monde.

L’initiative du député communiste est soutenue par l’Action des citoyens pour le désarmement nucléaire (ACDN), association fondée en 1996. « 85% des Français sont favorables à l’abolition des armes nucléaires« , a affirmé son président Jean-Marie Matagne en s’appuyant sur un sondage de mai 2018. Cette proposition de loi est l’une des premières engageant un RIP. Le Parti socialiste en a, lui, initié une autre en décembre afin de demander le rétablissement de l’Impôt sur la fortune (ISF), qui a réuni plus de 150 signatures.

Par Le Figaro.fr avec AFP, publié le 23/01/2019 à 18h42

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2019/01/23/97001-20190123FILWWW00253-armes-nucleaires-un-depute-veut-un-referendum-d-initiative-partagee.php