Jan 24

HITACHI DEMANDE À LONDRES DE NATIONALISER SON PROJET NUCLÉAIRE

Le président d’Hitachi a prévenu jeudi qu’une nationalisation de son projet nucléaire au Royaume-Uni était la seule solution pour permettre à ce projet gelé de démarrer, a rapporté le groupe de presse Nikkei.

« La seule voie, c’est la nationalisation » par les autorités britanniques afin que le projet soit lancé, a expliqué Hiroaki Nakanishi devant des journalistes en marge du Forum économique mondial à Davos.

Le géant industriel japonais a annoncé le 17 janvier la suspension de son projet de construire deux réacteurs nucléaires à Anglesey, dans le nord du Pays de Galles. Cette centrale devait disposer d’une capacité de production de près de 3 gigawatts, assurant 6% des besoins actuels en électricité du pays.

Cette décision a marqué les esprits car le projet était ardemment désiré par les autorités britanniques dans le cadre de leur stratégie de renouvellement du parc nucléaire. À peine quelques mois auparavant, de surcroît, un autre industriel japonais, Toshiba, avait renoncé à construire une centrale nucléaire de 3,8 gigawatts en Cumbrie (nord-ouest de l’Angleterre).

Nakanishi a pourtant assuré que le gouvernement britannique avait montré « un grand soutien » au projet d’Hitachi dans les ultimes discussions de ces derniers mois, que ce soit sur la répartition du capital de la centrale ou sur les financements possibles des travaux. Mais, d’après le Nikkei, Londres n’a pu se résoudre à aller jusqu’à nationaliser le projet, en raison de changements qui auraient été nécessaires sur le plan légal.

Le président d’Hitachi a aussi souligné que son groupe avait toujours envisagé sa participation au projet comme « un fournisseur, pas un opérateur de centrale« , ce qui signifie que le géant japonais avait toujours dit avoir besoin d’un partenaire stratégique qu’il n’a pas trouvé.

Hitachi a enregistré une dépréciation d’actifs de 300 milliards de yens (2,4 milliards d’euros) après cette suspension.

Les ambitions d’Hitachi et Toshiba sur une voie de garage, le nombre de projets nucléaires au Royaume-Uni s’est singulièrement réduit, alors que l’objectif de Londres était de maintenir à terme la part du nucléaire, qui représente aujourd’hui 20% de la production d’électricité du pays – les centrales mises en service à partir de la fin des années 1950 arrivant en fin de vie.

La seule centrale nucléaire en cours de construction est celle de Hinkley Point C, dans le sud-ouest de l’Angleterre, avec le français EDF comme maître d’œuvre et le chinois CGN comme partenaire pour construire deux réacteurs de type EPR.

Deux autres projets sont à un stade moins avancé, celui de Sizewell dans le Suffolk (est) avec deux EPR prévus, porté par EDF et le chinois CGN, ainsi que celui de Bradwell dans l’Essex (sud-est), 100% chinois.

pn/jbo/dga

Article publié par AFP, paru le 24 janv. 2019 à 11h51sur le site : https://www.connaissancedesenergies.org/afp/hitachi-demande-londres-de-nationaliser-son-projet-nucleaire-presse-190124  que nous vous invitons à consulter régulièrement.