Jan 27

EDF RÉFLÉCHIT AU RECUL DU MARCHÉ DE L’ÉNERGIE AU ROYAUME-UNI

Le développeur de la centrale nucléaire de Hinkley Point C envisage actuellement un retrait du Royaume-Uni, car les politiques énergétiques du gouvernement ont des conséquences néfastes sur les principaux acteurs du secteur. 

Le groupe électricien français à court d’argent, EDF, envisage différentes options pour se démarquer du marché britannique de l’énergie. Le Sunday Telegraph a appris de nombreuses sources du secteur, qu’il incluait une scission potentielle de son activité d’approvisionnement en énergie dans le cadre d’une fusion avec une start-up en forte croissance. Cette décision est « sur la table depuis au moins un an », selon un haut responsable, mais le siège d’EDF à Paris le met en garde face aux inquiétudes suscitées par les implications politiques. Telegraph 26th 2019

Un retrait d’EDF risquerait de provoquer la colère du gouvernement. Les ministres ont convenu de financer la centrale nucléaire de Hinkley Point C dans le cadre d’un accord complexe qui devrait coûter environ 50 milliards de livres sterling aux contribuables en énergie sur la durée de vie du projet. 

Selon les chiffres officiels, EDF reste déterminée à fournir du gaz et de l’électricité à environ 5 millions de clients britanniques, en dépit de pertes enregistrées depuis près de 10 ans. Sa place en tant que l’un des six plus grands opérateurs historiques du secteur de l’énergie est considérée comme politiquement importante dans la mesure où elle fait avancer les projets de deux autres projets nucléaires avec le soutien de la Chine. EDF est bloquée dans des négociations avec le gouvernement concernant le financement de son projet de réacteur à Sizewell C. Les discussions sur un retrait du marché de la fourniture d’énergie ont débuté après le départ du président de longue date, Vincent De Rivaz, en 2017.

La proposition radicale d’EDF a dû faire face à une pression croissante du plafond des prix de l’énergie fixé par le gouvernement, et la concurrence croissante du flot de jeunes entreprises sur le marché. Les chefs de file de l’énergie sont en colère contre les politiques énergétiques contradictoires du gouvernement, qui exigent que les entreprises réduisent leurs factures tout en payant des coûts plus élevés pour l’énergie propre et le déploiement de compteurs intelligents. 

Les défis d’EDF sont encore compliqués par son portefeuille vieillissant de centrales nucléaires existantes, où les profits chutent en raison des prix bas de l’électricité et de la livre sterling. Il envisage la vente d’une participation minoritaire dans les réacteurs, qui fournissent un cinquième de l’électricité britannique, aux côtés de son partenaire Centrica. La société mère de British Gas a confirmé son intention de vendre sa participation de 20% dans les réacteurs et des sources de l’industrie indiquent qu’EDF espère vendre 29% supplémentaires de sa part dans le cadre de la même transaction.

Par Jillian Ambrose, Energy Editor, le 26 Janvier 2019  à 19h00 (en anglais)

https://www.telegraph.co.uk/business/2019/01/26/edf-weighing-retreat-energy-market-uk/