Jan 31

NOUVELLE PROCÉDURE PÉNALE INTENTÉE PAR LA VILLE ET LE CANTON DE GENÈVE CONTRE LA CENTRALE NUCLÉAIRE DU BUGEY

Communiqué de presse de l’association ACTE, partie intégrante de la coordination Stop-Bugey

Conférence de presse du maire de Genève le 22 janvier 2019

En 2016 la Ville et le Canton de Genève avaient déposé une plainte contre X, auprès du pôle santé du Tribunal de Grande Instance de Paris, pour mise en danger délibéré de la vie d’autrui et pollution des eaux par la centrale nucléaire du Bugey (1). Quatre riverains de la centrale étaient associés à la plainte préparée par l’avocate Corinne LEPAGE. Cette plainte était justifiée par la dangerosité avérée de la centrale et par l’obligation constitutionnelle, des élus de la Ville et du Canton, de tout mettre en œuvre pour protéger la population genevoise contre les méfaits réels et potentiels de l’industrie nucléaire.

En juin 2017, le Tribunal de Grande Instance de Paris avait décidé de ne pas engager de poursuites en prétendant que les faits n’étaient pas suffisamment caractérisés. Ce refus a conduit la Ville et le Canton à déposer le 18 janvier 2019 une nouvelle plainte, avec constitution de partie civile, afin que l’affaire soit prise en charge par un juge d’instruction et qu’une enquête soit ouverte.

Cette procédure permettra un examen des faits reprochés et l’accès au dossier par les plaignants. Ceux-ci pourront alors formuler des demandes d’auditions et d’expertises.

De ce côté-ci de la frontière, les associations de la coordination Stop-Bugey (2), implantées dans un rayon d’environ 100 km autour de la centrale, sont mobilisées depuis 2011 pour obtenir la mise à l’arrêt définitif des réacteurs nucléaires et l’abandon du projet ICEDA. Au fil des ans elles ont accumulé les informations et analyses qui permettent de caractériser précisément la menace que constitue le site nucléaire du Bugey pour les habitants de la région et au-delà. Sur cette base elles ont préparé fin 2017 une lettre ouverte, relayée par une pétition mise en ligne en février 2018 et utilisable également en version papier.

Plus de 200 personnalités ont signé la lettre ouverte au Ministre de la transition écologique et solidaire, pour lui demander la mise à l’arrêt définitif des réacteurs nucléaires du Bugey avant leur quatrième visite décennale.

Et plus de 10 000  personnes ont signé la pétition qui soutient les signataires de la lettre ouverte.

Le 5 décembre 2018 une délégation de représentants de la coordination Stop-Bugey s’est rendue à Paris pour remettre au Ministre un premier acompte de 10 221 signatures de la pétition.

Mais pour l’instant celui-ci fait la sourde oreille, ne répond pas aux courriers, ne reçoit pas notre délégation, ne prend aucune décision pour la mise à l’arrêt définitif de ces réacteurs qui nous menacent.

Le 22 janvier 2019, une porte-parole de la coordination, a rappelé l’ensemble de ces faits à l’invitation de la Ville de Genève qui organisait à Paris une conférence de presse suite au dépôt de plainte du 18 janvier.

Dans ce contexte la coordination Stop Bugey invite les habitants de la région et leurs élus :

  • à soutenir les signataires de la lettre ouverte, en signant la pétition et en la faisant connaître autour d’eux,
  • à intervenir dans le débat public en cours pour demander la mise à l’arrêt définitif des réacteurs nucléaires du Bugey, avant leur quatrième visite décennale et avant une nouvelle catastrophe.

Pour signer la pétition en ligne :

https://www.cyberacteurs.org/cyberactions/enfiniraveclesreacteursnucleairesde-2054html 

(1) La centrale nucléaire du Bugey, implantée sur la commune de Saint Vulbas dans l’Ain, comporte quatre réacteurs en fonctionnement, un réacteur définitivement arrêté et une « plaque tournante » de déchets nucléaires (ICEDA) dont la mise en service est prévue en 2019.

Trois des quatre réacteurs en service ont déjà atteint 40 années de fonctionnement et ce sera le tour du quatrième en juillet 2019. Quarante ans c’est l’âge canonique mais c’est surtout la durée de vie prévue au moment de la conception et de la construction des pièces essentielles pour la sûreté et qui ne sont pas remplaçables : cuves des réacteurs et enceintes de confinement.

(2) La coordination Stop-Bugey regroupe en particulier les associations suivantes :

  • Association Chalonnaise pour une Transition Écologique
  • Arrêt du nucléaire Savoie
  • Contr’Atom Genève
  • Rhône-Alpes Sans Nucléaire
  • Sortir du nucléaire Bugey
  • Sortir du nucléaire Isère
  • ATTAC Mâcon

MB, publié le 31 Janvier 2019 à 07h32

http://www.info-chalon.com/articles/chalon-sur-saone/2019/01/31/41994/nouvelle-procedure-penale-intentee-par-la-ville-et-le-canton-de-geneve-contre-la-centrale-nucleaire-du-bugey/