Fév 01

[DÉCRYPTAGE] LE NOUVEAU NUCLÉAIRE FRANÇAIS NE TIENT PLUS QU’À UNE SOUDURE

Si l’EPR de Flamanville fonctionne en 2021, l’aventure du nucléaire civil tricolore continuera… Sinon, cette épopée s’arrêtera avec la mise à l’arrêt des derniers réacteurs actuels. Le marché posé par le gouvernement est presque aussi simple que cela. Et tout l’enjeu repose sur la capacité d’EDF à prouver que huit soudures de son futur réacteur sont sûres avec pour seul juge l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN).

Le cas du nucléaire existant, c’est-à-dire des 58 réacteurs en service sur le territoire, semble à peu près réglé. Dans son avant-projet de programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE), le gouvernement acte la fermeture de 14 réacteurs nucléaires d’ici 2035, dont les deux tranches de la centrale de Fessenheim. « Le principe général sera l’arrêt des réacteurs, hors Fessenheim, à l’échéance de leur 5ème visite décennale, soit des arrêts entre 2029 et 2035« , explique-t-il dans le document.

Un choix qui satisfait plutôt l’industrie nucléaire et déçoit les opposants à l’atome. Cela laisse place maintenant à une nouvelle question à peine déflorée : Est-ce que la France va construire de nouveaux réacteurs nucléaires sur son territoire dans les années à venir ? Plusieurs critères sont à prendre en compte : la sécurité des installations, l’impact social (220 000 salariés, et 2 600 entreprises), la compétitivité, la gestion des déchets…

Mais avant même toutes ces considérations, c’est la faisabilité technique qui va définir s’il y a un enjeu ou pas. Le gouvernement annonce que toute décision sur le nouveau nucléaire sera prise mi-2021 par le biais d’un programme de travail avec la filière en faisant un point sur sa capacité industrielle, sur les coûts de construction, sur les moyens de financements, sur les besoins…

Sagesse d’attendre

La date de 2021 est pertinente. Outre sa proximité avec la prochaine échéance présidentielle, elle se situe quelque mois après le démarrage prévu du premier EPR sur le sol français en construction à Flamanville (Manche). Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, vante « la sagesse d’attendre que Flamanville ait fait la preuve de son fonctionnement avant d’engager des décisions sur le nouveau nucléaire« .

Par extension, on peut comprendre que de la mise effective en service de ce réacteur, qui affiche déjà 4 ans de retard et un surcoût de plusieurs milliards d’euros, dépendra le lancement de la mise en chantier d’une nouvelle génération d’EPR, sur lesquels EDF travaille déjà depuis plusieurs années.

Le problème est que l’électricien fait face à une difficulté importante sur son chantier normand. Des anomalies ont été découvertes tardivement sur des soudures du circuit de vapeur secondaire. L’électricien a prévu de les reprendre sauf huit qui sont difficiles à réparer en raison de leur emplacement. Elles concernent des circuits qui passent sous le bâtiment réacteur pour relier le générateur de vapeur à la turbine. Les ingénieurs EDF ont pour tâche de démontrer par le calcul leur résistance.

Rendez-vous en mai

« Si, à l’issue de l’instruction, l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) estimait que les justifications par calcul fournies par EDF n’étaient pas suffisantes et qu’il fallait reprendre ces huit soudures, les délais aujourd’hui envisagés par EDF pour la mise en service de l’EPR ne pourraient pas être respectés », assure d’ores et déjà Bernard Doroszczuk, le nouveau directeur de l’Autorité.

Celui-ci, diplômé de l’École supérieure de soudage (c’est dire s’il a conscience de l’enjeu technique pour EDF) met en doute les capacités techniques de la filière : « Il y a clairement besoin d’un ressaisissement collectif et stratégique de la filière autour de la formation professionnelle et des compétences clefs d’exécution, pour atteindre le niveau de qualité et de sûreté attendu du nucléaire ». Il évoque les domaines de la soudure, du contrôle non-destructif, de l’électrotechnique, du génie civil.

L’ASN doit se prononcer sur la démonstration de sûreté des soudures d’EDF en mai prochain. Suite aux réserves de l’ASN, EDF a réagi par voie de communiqué assurant qu’un « point précis sur l’avancement du chantier EPR de Flamanville, notamment sur son calendrier et son coût de construction, sera donc effectué après la publication de l’avis de l’ASN« . Et ajoute : « D’ici là, les équipes d’EDF et de ses partenaires industriels restent pleinement mobilisées pour réaliser le chargement du combustible au quatrième trimestre 2019« .

La pression sur EDF et l’ASN est énorme. Du travail du premier et de l’avis du second dépend la suite de l’aventure nucléaire française. Interrogé sur ce sujet, Bernard Doroszczuk se dit complétement insensible à l’enjeu. « La seule préoccupation de l’ASN est la protection des personnes et de l’environnement. Si la justification (d’EDF) est insuffisante, il n’y aura pas d’autorisation« , tranche-t-il.

Par Ludovic Dupin, @LudovicDupin, publié le 01 février 2019

https://www.novethic.fr/actualite/energie/energie-nucleaire/isr-rse/decryptage-le-nouveau-nucleaire-francais-ne-tient-plus-qu-a-une-soudure-146869.html