Fév 03

NUCLÉAIRE : NE LAISSONS PAS LE DOUTE S’INSTALLER DURABLEMENT !

L’ASN doute…les Organisations Syndicales en pleine tourmente…la santé sous-traitée des sous-traitants…souviens toi François de Rugis …

Toutes les entreprises (partenaires) des exploitants nucléaires, qui ont de sang-froid semé la misère sociale dans leur propre entreprise, récolteront la colère des salarié-es et celui de l’opinion publique.

Le parc nucléaire est en ébullition sociale dans de très nombreuses entreprises extérieures et plusieurs filiales de grands groupes.

Le mouvement des Gilets Jaunes est passé par là, comment pourrait-il en être autrement à présent ?

Prenons l’exemple de nos collègues d’Orano Discount / Services (lol) 4 000 salarié-es. Ils/elles sont tous devant le fait accompli, dans la configuration tant désirée par la direction du groupe en faisant payer aux salariés toutes les erreurs du passé. La structure, elle, grossit et sur le terrain les opérateurs crient famine.

Tous les accords existants dans les 4 entreprises ont été très largement bradés/soldés. Ce n’est pas le mieux disant qui existait qui a prévalu, mais bien la perte de garantie sociale qui l’a emporté et s’applique donc à tous maintenant ! Résultat la situation est explosive, l’étincelle qui enflammera cette dangereuse poudrière approche …

Alors que l’ASN prône depuis plusieurs années pour un maintien des compétences et une réelle attractivité pour l’ensemble des métiers, les Organisations Syndicales signataires de ces sulfureux accords eux, y voient le maintien dans l’emploi de nos collègues, pire l’emploi de demain des jeunes au détriment de l’élévation des conditions de travail et de vie de tous. Qui voudrait voir ses propres enfants travailler de la sorte, qui ?

L’amélioration du niveau de sécurité et sûreté nucléaire de ce fait, n’est plus l’absolue priorité comme cela devrait-être !

La boulimie de rentabilité de ces dirigeants d’entreprises privées atteint des sommets en faisant courir le risque de leur dérive sur la collectivité.

La crédibilité des Organisations Syndicales signataires de ces accords est très largement mise à mal, ressentie pour beaucoup comme une trahison. C’est bien à l’heure actuelle la complicité et responsabilité de ces pitoyables négociateurs avec l’aide de l’ensemble des préfigurateurs de ce pari économique que les salarié-es pointent du doigt.

Maintenir le plus bas possible coûte que coûte la rémunération-pouvoir d’achat de nos 4 000 collègues, va soulever très prochainement un tsunami de colère et un dégagisme contre tous ceux qui ont conduit à cette misérable situation. La mise en place du Comité Social Économique  en octobre/novembre 2019 sanctionnera les collaborationnistes de ce consternant bilan.

Nous vous rappelons juste que lors de la table ronde des Organisations Syndicales à l’Assemblée Nationale le 14/06/2018 l’idée d’une convention collective, statut plancher pour l’ensemble des salarié-es de la sous-traitance faisait l’adhésion de toutes les Organisations Syndicales présente. Il incombe à présent à tous ces représentants d’expliquer pourquoi ces annonces ambitieuses ne sont pas suivies d’effets !

http://www.ma-zone-controlee.com/ne-laissons-pas-le-doute-sinstaller-durablement/