Fév 11

L’IRAN EST PRÊT À RENFORCER SES CAPACITÉS D’ENRICHISSEMENT DE L’URANIUM, SELON LE PORTE-PAROLE DE L’AGENCE NUCLÉAIRE IRANIENNE

TÉHÉRAN, 10 février (Xinhua) — L’Iran est prêt à renforcer ses capacités de production d’uranium enrichi, a déclaré dimanche Behrouz Kamalvandi, porte-parole de l’Organisation de l’énergie atomique d’Iran (OEAI).

« En vertu d’un décret du Guide suprême iranien et de l’importance que le directeur de l’OEAI attache à cette question, le pays est désormais prêt à faire monter ses capacités d’enrichissement de l’uranium à 190 000 unités de travail de séparation (UTS)« , a indiqué M. Kamalvandi, cité par Press TV.

En juillet 2018, Ali Akbar Salehi, directeur de l’OEAI, avait déjà annoncé que l’Iran avait mis en place une usine destinée à produire les rotors utilisés dans les centrifugeuses de pointe, afin de faire monter la capacité de production d’uranium enrichi du pays à 190 000 unités de travail de séparation (UTS).

Cette usine est en mesure de produire environ 60 centrifugeuses IR-6 par jour, avait indiqué M. Salehi.

L’UTS est la mesure standard de l’effort requis pour séparer les isotopes de l’uranium au cours du processus d’enrichissement. Une UTS est équivalente au travail de séparation d’un kilogramme d’uranium.

C’est le Guide suprême de la Révolution islamique d’Iran, l’ayatollah Ali Khamenei, qui a initialement ordonné à l’OEAI de faire passer ses capacités de production à 190 000 UTS.

Dimanche, M. Kamalvandi a déclaré que l’Iran était également prêt à faire monter la pureté de son uranium enrichi à 20 %.

En vertu de l’accord international sur le nucléaire de 2015, qui a mis fin au programme nucléaire controversé de l’Iran, Téhéran a accepté de réduire à 3 % le degré de pureté de son uranium enrichi.

Les signataires de l’accord sur le nucléaire ayant échoué à honorer leurs engagements, l’Iran a cependant commencé à dresser des plans pour redessiner le réacteur à eau lourde d’Arak, a précisé M. Kamalvandi.

Suite au retrait de Washington de l’accord sur le nucléaire, en mai de l’année dernière, et à la remise en vigueur subséquente des sanctions américaines contre Téhéran, l’Iran a appelé les pays encore membres de l’accord à prendre des mesures pour protéger les intérêts économiques iraniens promis par l’accord.

Si les signataires ne parviennent pas à garantir les avantages que Téhéran est supposé retirer de cet accord, l’Iran a menacé de réexaminer son adhésion au traité.

French.xinhuanet.com, publié le 11 février 2019 à 06h12

http://french.xinhuanet.com/2019-02/11/c_137811396.htm