Fév 16

L’AVEU SANS PRÉCÉDENT D’UN DES DIRIGEANTS DU RÉGIME IRANIEN SUR L’ACQUISITION DE CONNAISSANCES POUR LA PRODUCTION D’UNE BOMBE NUCLÉAIRE

La tromperie et la dissimulation dans les projets nucléaires, en particulier concernant les « dimensions militaires possibles » (PMD), se poursuivent

Le mollah Ahmad Khatami, membre de l’Assemblée des experts, l’imam du vendredi de Téhéran et membre du cercle restreint de Khamenei, a admis dans un discours à Machhad : « Nous avons la formule pour mettre au point une bombe atomique » et « Nous considérons l’énergie nucléaire comme vitale pour nous. »

(IRNA 9 février 2019) Cette déclaration intervient alors que les responsables du régime des mollahs ont toujours nié catégoriquement avoir tenté d’acquérir des connaissances sur la fabrication de bombes atomiques ou tenter d’en fabriquer. Cela démontre clairement que le régime des mollahs a toujours dissimulé et continue à dissimuler les « dimensions militaires possibles (PMD) » de son programme nucléaire.

Il y a trois semaines, Ali Akbar Salehi, directeur de l’Agence atomique du régime iranien, a également reconnu que, lors de négociations sur le nucléaire avec les P5 + 1, il avait menti au sujet du site d’Arak et avait caché, sur ordre de Khamenei, certains des équipements interdits qu’ils avaient achetés (chaîne publique TV4 – 22 janvier 2019).

Lors d’une conférence de presse à Washington D.C. en avril 2017, un représentant du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI) a révélé la poursuite des activités de l’organisation SEPAND, une branche du ministère de la Défense travaillant sur la construction d’armes nucléaires, et souligné que l’activité de cette organisation s’est accrue au sein de l’Institut de recherche Parchin, un centre spécialisé.

Les mensonges purs et simples concernant la PMD et la dissimulation d’équipements non autorisés à Arak s’inscrivent dans le cadre d’une longue série de tromperies de 30 ans du régime des mollahs sur les projets nucléaires sous la direction des responsables du régime, en particulier Khamenei et Rohani. La Résistance iranienne n’a cessé de dénoncer ces projets depuis 1992 et de mettre en garde contre leurs dangers. La véritable approche du régime dans les négociations atomiques, en particulier avec les P5 + 1, n’a été basée que sur le mensonge et la dissimulation, n’ayant pour seule intention que de gagner plus de temps pour acquérir une arme nucléaire.

Dans un livre intitulé « Sécurité nationale et la diplomatie nucléaire« , Rohani écrit : « Le régime iranien avait l’intention de mettre le monde devant le fait accompli, en faisant fonctionner « 54 000 centrifugeuses » d’ici mars 2003″ et en produisant « 30 tonnes de combustible enrichi à 3,5% par an ». Cependant, l’OMPI a soudainement “lancé une conférence de presse » et dévoilé les sites de Natanz et Arak, « faisant beaucoup de bruit en lançant des allégations non fondées » ». En 2006, il a admis que lors des négociations avec la Troïka européenne,  » Téhéran a joué le jeu du temps et tenté de duper l’Occident après que son programme nucléaire secret ait été découvert par l’opposition iranienne en 2002  » (Le Sunday Telegraph – 5 mars 2006).

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne le 12 février 2019

Publié le 15 février 2019 sur : https://www.ncr-iran.org/fr/actualites/nucleaire/21454-l-aveu-sans-precedent-d-un-des-dirigeants-du-regime-iranien-sur-l-acquisition-de-connaissances-pour-la-production-d-une-bombe-nucleaire