Fév 26

CONFÉRENCE DU DÉSARMEMENT: GUTERRES PLAIDE POUR UNE NOUVELLE VISION SUR LA MAÎTRISE DES ARMEMENTS

GENÈVE, 25 février (Xinhua) — Devant la Conférence du désarmement à Genève, le chef de l’ONU, Antonio Guterres, a appelé lundi les États-Unis et la Russie à préserver le Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (FNI) menacée d’une possible disparition.

« La situation est particulièrement dangereuse en ce qui concerne les armes nucléaires« , a déclaré d’emblée Antonio Guterres.

Le 2 février, les États-Unis sont sortis du FNI signé en 1987 par Ronald Reagan et Mikhaïl Gorbatchev. La Russie a annoncé le même jour qu’elle suspendait sa participation à ce traité.

« Si elle était autorisée, la disparition du FNI rendrait le monde plus fragile et instable« , a alerté M. Guterres soulignant qu’une telle insécurité et instabilité seraient « vivement ressenties ici en Europe« .

Dans ce contexte, le chef de l’ONU a mis en garde contre toute volonté d’un brusque retour en arrière. « Nous ne pouvons tout simplement pas nous permettre de revenir à la compétition nucléaire effrénée des jours les plus sombres de la guerre froide« , a-t-il averti, insistant sur l’importance de préserver ce traité.

Guterres a demandé à Washington et Moscou de réviser le traité de réduction de leurs capacités nucléaires (New START) avant son expiration en 2021 pour diminuer davantage leurs stocks.

Selon le Secrétaire général, New START est le seul instrument juridique international qui limite la taille des deux plus grands arsenaux nucléaires du monde. Ses dispositions en matière d’inspection constituent d’importantes mesures de confiance qui profitent au monde entier. Il a ainsi exhorté les gouvernements américain et russe « à utiliser le temps qu’offre la prorogation du traité pour envisager de nouvelles réductions de leurs arsenaux nucléaires stratégiques« .

French.xinhuanet.com | Publié le 26 février 2019 à 08h32

http://french.xinhuanet.com/2019-02/26/c_137850747.htm