Avr 07

ÉNERGIE : VERS UNE NOUVELLE CLASSIFICATION DE L’ÉLECTRIQUE VERTE ?

Classification de l’électricité verte : et si on imaginait pour les fournisseurs d’énergie, le même système de notation que les hôtels et les restaurants pour mesurer à quel point leurs offres sont éco-responsables ?

Vous avez envie de choisir un fournisseur d’électricité plus verte, mais comment s’y retrouver parmi toutes les offres et leurs prix ? La société Comwatt, spécialiste de l’autoproduction photovoltaïque et de la gestion intelligente des consommations d’énergie, et plusieurs fournisseurs d’électricité ont imaginé une nouvelle classification pour s’y retrouver plus facilement.

Créer un système de notation de la qualité verte pour tous les fournisseurs

Le saviez-vous ? La France compte en fait pas moins de 39 fournisseurs d’électricité différents. Chacun avec ses avantages, ses inconvénients, ses tarifs plus ou moins compréhensibles. Mais comment s’y retrouver ?

Comment s’y retrouver parmi les 39 fournisseurs d’électricité présents sur le marché français ? ©SANOOK NUK

Un TripAdvisor pour choisir son fournisseur d’électricité verte

C’est l’idée prônée par la société Comwatt : créer une classification de qualité, comme pour les restaurants ou les voyages, Tripadvisor ou le guide Michelin, afin de séparer le bon grain de l’ivraie(1).

« Avant nous n’avions pas le choix, le monde de l’électricité était simple, il y avait un fournisseur et un prix, explique la société dans un communiqué. Maintenant, avec l’arrivée de la concurrence, le marché s’est adapté aux besoins du citoyen mais il devient plus difficile de comparer les offres. Quelle est l’énergie la plus vertueuse ? Comment cela fonctionne ? »

Le saviez-vous ? – Dans « le grand chaudron de l’électricité, l’électron vert n’existe pas »

Même avec 39 compagnies différentes, nous sommes tous connectés au même réseau électrique, dans une même zone, la qualité de fourniture d’énergie sera la même, quel que soit le fournisseur. Alors, au fond, qu’est-ce qui fait la différence entre les offres de fournisseurs d’électricité ?

Selon les enquêtes d’opinion, les consommateurs classent ces critères par ordre d’importance décroissante :

  • Le prix (forfait, abonnement, etc..)
  • la marque
  • L’origine de l’énergie (nucléaire, renouvelable, etc..)
  • La qualité de service commercial du fournisseur.

L’origine de l’énergie reste un critère primordial pour le consommateur. ©Tonkinphotography

Pour s’y retrouver, un système de classification avec des étoiles pourrait être mis en place afin d’être vraiment à même de sélectionner une énergie vraiment meilleure pour la planète.

Cinq critères pour classifier toutes les offres en électricité

1 étoile correspondrait à une énergie produite avec des moyens générant du CO2 ou des déchets nucléaires.

(NDLR : à mon avis, pas d’étoile serait plus convenable)

2 étoiles, pourraient être attribuées à l’énergie produite avec des moyens non renouvelables (nucléaire, gaz, charbon), mais pour laquelle le fournisseur achèterait des certificats de garantie d’origine (GO) afin de compenser cela. Ces deux étoiles, équivalentes à la classification « Standard » de l’ADEME, représentent 95 % des offres vertes proposées par les grandes marques comme Engie ou EDF.

(NDLR : les certificats de garantie d’origine ne seraient que les « cache sexe » de l’origine polluante de l’électricité consommée.)

Pour obtenir 3 étoiles, il faudrait que, tous les ans, le fournisseur achète autant d’énergie renouvelable qu’il en vend. C’est notamment le cas de l’offre Enercoop par exemple. Ces 3 étoiles correspondent à la classification « Premium » de l’ADEME.

(NDLR pour info : Le site « Savoie antinucléaire » est alimenté par Énercoop)

Mais il est encore possible de faire mieux.

Pour décrocher quatre étoiles sur cinq, 100 % de l’énergie utilisée devrait provenir des énergies renouvelables et le fournisseur devrait s’assurer de la neutralisation carbone à 100 %. La production d’électricité devrait être obtenue sans ajouter de carbone dans l’atmosphère. Cela suppose de s’équiper, chez soi, d’une installation en autoconsommation associée à un gestionnaire d’énergie.

Pour résumer, environ 50 % de l’énergie consommée serait produite sur place, et l’énergie non produite sur place le serait par de petits producteurs d’énergie renouvelable locaux, sous contrat avec le fournisseur d’électricité.

La meilleure solution reste de s’équiper d’une installation en autoconsommation © anatoliy_gleb

Stade ultime : les offres 5 étoiles. En sus des conditions pour obtenir les 4 étoiles, il faudrait alors que 70 % de l’énergie soit produite de manière renouvelable et localement dans le quartier. (NDLR pour info : Le site « Savoie antinucléaire » est alimenté à 50% en autoproduction, les autres 50 % fournis par Énercoop) )

Mais cela supposerait un changement réglementaire en France. En effet, même si la loi le permet déjà, l’administration française interdit encore l’autoconsommation collective. Conséquence : « pour l’instant, seuls les propriétaires de maisons individuelles peuvent profiter de la baisse de prix de l’énergie solaire et les habitants des immeubles ne peuvent pas en profiter ».

(NDLR : Les toits des immeubles sont généralement plats et inutilisés ; on peut donc orienter idéalement les panneaux photovoltaïques. Qu’attend donc le gouvernement ? Pourquoi cette interdiction de l’administration alors que la loi l’autorise ?)

Rédigé par Paul Malo, le 7 Avril 2019, à 7 h 45 min

https://www.consoglobe.com/vers-nouvelle-classification-electricite-verte-cg