Avr 15

LES ÉCOLOGISTES DE LA RÉGION SE RÉUNISSENT POUR DIRE STOP AU PROJET ITER

Si le climat était une banque, on l’aurait déjà sauvé: ce slogan et d’autres ont fleuri, samedi midi à Saint-Paul-lez-Durance (Bouches-du-Rhône), devant l’entrée du site de Cadarache, où les écologistes de la région s’étaient rassemblés pour redire leur opposition au projet ITER et demander l’abrogation du traité Euratom (1).

>>RELIRE. VIDÉO. On a visité le site ITER, futur endroit le plus chaud de la planète, et on vous donne nos 5 raisons d’y aller aussi

Devant les banderoles accrochées sur le rond-point, et une petite quarantaine de personnes, l’eurodéputée Michèle Rivasi, candidate Europe Écologie- Les Verts (EELV) aux prochaines élections européennes, a expliqué: « Ce projet a été évalué à 5 milliards d’euros, on en est à 19 milliards actuellement. Le Département d’État des États-Unis l’évalue à 65 milliards. C’est une gabegie. Et c’est un projet obsolète. Il arrivera trop tard. La recherche sur la fusion nucléaire peut sembler fascinante, elle n’est pas pertinente. Les experts du GIEC nous disent qu’on a 10-12 ans pour agir. L’électricité provenant de la fusion, ce n’est pas avant 2050-2080… On met trop d’argent dans un projet qui sera opérationnel après la disparition de l’humanité ».

Maintenant ou jamais

Elle citait aussi l’exemple d’un autre chantier sans fin à la facture astronomique, l’EPR de Flamanville (Manche), encore retardé de deux ans, suite à des défauts de construction laissant craindre pour la sécurité.

« Il faut qu’on arrête avec le nucléaire, c’est l’énergie qui revient la plus chère, car il faut traiter les déchets. Nous ne voulons pas léguer ces déchets aux générations futures, c’est un cadeau empoisonné« , a-t-elle ajouté.

Pour la députée européenne, « la France a fait un mauvais choix, qu’il s’agisse de la fusion ou de la fission. Le nucléaire, c’est l’opacité, le mensonge, la gabegie. Et s’il y a un problème, comme à Tchernobyl ou Fukushima, c’est nous tous qui le subirons. C’est maintenant ou jamais qu’il faut agir et réagir ».

Et d’appeler bien sûr au vote écolo le 26 mai.

Une pétition contre le traité Euratom

Maurice Wellhoff, membre de la commission locale d’information ITER, a appuyé son propos: « Je peux confirmer que le budget d’ITER est sans limite. Quand on nous parle d’austérité, de contraintes budgétaires… Et le bilan carbone de ce chantier est catastrophique, avec des masses de béton, des bouchons routiers… »

Hervé Guerrera, élu du Parti occitan au conseil régional, a qualifié ITER de « monstre », avant qu’Annick Delhaye rappelle que sous la majorité Vauzelle, l’alliance des écologistes avait obtenu que « pour chaque euro investi dans ITER, un euro le soit dans les énergies renouvelables et le développement soutenable ».

Elle a regretté: « Aujourd’hui, la vice-présidente du conseil régional en charge de l’environnement, Maud Fontenoy, est pro-nucléaire. La Région fait du green washing pour l’instant ».

« Et elle donne des millions pour le circuit Paul Ricard« , a renchéri Christine Juste, candidate EELV pour les élections européennes, pour qui « ITER, c’est comme jouer au Loto. Rien ne dit qu’en 2050 ça marchera. »

Christine Hasse, de l’association Réaction en chaîne humaine, a indiqué qu’une pétition pour demander l’abrogation d’Euratom est en cours, signée par 15.000 personnes en France et 45.000 en Allemagne.

PAR V. G., publié le 14/04/2019 à 19h06

http://varmatin.com/vie-locale/les-ecologistes-de-la-region-se-reunissent-pour-dire-stop-au-projet-iter-375372