Avr 19

LA SÛRETÉ NUCLÉAIRE MET SEPT MOIS À DÉCLARER UN INCIDENT

Si le problème date d’août 2018, l’Autorité de sûreté nucléaire vient seulement de le diffuser

Il aura fallu sept mois à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) pour publier sur son site un avis d’incident de niveau 1 (sur 7) concernant pas moins de 28 réacteurs de centrales nucléaires françaises. Un délai qui reste en travers de la gorge de la coordination antinucléaire du Sud-Est, qui parle dans un communiqué de “dissimulation et mépris des populations”.

Des défauts sur sept centrales nucléaires

En août 2018, des employés d’EDF Tricastin constatent des défauts sur les circuits d’eau glacée qui assurent les systèmes de ventilation : serrages insuffisants, ancrages non fixés. Des problèmes ne permettant pas d’assurer leur tenue en cas de séisme. Des mêmes défauts qui sont constatés dans les centrales de Blayais, Chinon, Cruas-Meysse, Dampierre-en-Burly, Saint-Laurent-des-Eaux et Gravelines. EDF déclare l’incident à l’ASN le 21 septembre et le diffuse publiquement.

Pour la coordination antinucléaire, difficile “de garantir que ces installations nucléaires, composées de multiples systèmes, circuits et de kilomètres de câbles et de tuyauteries, résisteraient à un tremblement de terre”. Selon EDF, des travaux ont été mis en place dès la découverte du problème. À la centrale du Tricastin, ils ont été terminés fin octobre sur les quatre réacteurs.

Par S.V. | Publié le 19/04/2019 à 06h07,

Archives photo Le DL/F.P.

https://www.ledauphine.com/drome/2019/04/19/la-surete-nucleaire-met-sept-mois-a-declarer-un-incident