Juin 17

L’IRAN VA DÉPASSER SON PLAFOND D’URANIUM FAIBLEMENT ENRICHI

Téhéran avait fait savoir en mai qu’il allait réduire ses engagements sur le nucléaire, en signe de protestation contre la décision des États-Unis de se retirer de l’accord de 2015 et de rétablir des sanctions contre la République islamique.

La tension entre l’Iran et Washington ne faiblit pas. Conformément aux menaces du président iranien, Hassan Rohani, l’Iran s’est engagé à réduire les engagements pris sur le contrôle de son programme nucléaire si les pays signataires de l’accord conclu à Vienne, en juillet 2015, n’apportent pas des «signaux positifs» à son application.

Lire aussi L’Iran lance un compte à rebours en vue de son retrait de l’accord sur le nucléaire (Article réservé à nos abonnés.)

Le porte-parole de l’Organisation iranienne de l’énergie atomique a annoncé que les réserves d’uranium enrichi de l’Iran dépasseraient la limite fixée aux termes de l’accord international sur le nucléaire iranien de 2015 à partir du 27 juin. « Aujourd’hui, le compte à rebours pour passer au-dessus de 300 kilogrammes pour les réserves d’uranium enrichi a commencé et dans dix jours, c’est-à-dire le 27 juin, nous dépasserons cette limite », a déclaré, lundi 17 juin, Behrouz Kamalvandi lors d’une conférence de presse diffusée en direct par la télévision d’État iranienne.

L’Iran avait annoncé le 8 mai qu’il avait décidé de ne plus respecter deux engagements qu’il a pris aux termes de l’accord international conclu à de Vienne en 2015 à propos de son programme nucléaire : ceux limitant ses réserves d’uranium enrichi (UF6) à 300 kg et ses réserves d’eau lourde à 130 tonnes. Cette décision survient dans une période de vives tensions avec les États-Unis qui ont fait de l’Iran leur bête noire au Moyen-Orient.

Lire aussi L’uranium enrichi à 20 % au centre des discussions avec l’Iran

Retrait de Washington de l’accord de 2015

Le 8 mai, l’Iran avait également lancé un ultimatum de soixante jours aux États signataires de l’accord pour l’aider à contourner les sanctions américaines rétablies par Washington après la décision prise par les États-Unis, en mai 2018, de ne plus respecter ce pacte.

Le plan d’action conjoint (JCPoA), signé par l’Iran et par les pays membres du groupe P5 + 1 (Chine, Russie, USA, France, Grande-Bretagne et Allemagne) le 14 juillet 2015 à Vienne, prévoit un contrôle du programme nucléaire iranien en échange d’une levée progressive des sanctions économiques.

Il a permis de mettre fin à des années d’isolement de l’Iran en levant une partie des sanctions économiques internationales contre ce pays. En échange, Téhéran a accepté de limiter drastiquement son programme nucléaire afin de garantir que le pays ne cherche pas à se doter de l’arme atomique.

Mais Donald Trump, qui estime que cet accord est l’un des plus mauvais approuvés par les États-Unis, l’a dénoncé en mai 2018 et a remis en vigueur des sanctions économiques contre l’Iran.

Le Monde avec AFP et Reuters,publié le 17 juin 2019 à 11h35, mis à jour à 12h19

https://www.lemonde.fr/international/article/2019/06/17/l-iran-va-depasser-son-plafond-d-uranium-faiblement-enrichi_5477324_3210.html