Juin 24

FRANÇOIS DE RUGY DOUTE DE LA COMPÉTITIVITÉ DU NUCLÉAIRE AVEC LE RETARD DE L’EPR DE FLAMANVILLE

Le ministre de la Transition écologique et solidaire a réagi vendredi 21 juin au nouveau retard de l’EPR de Flamanville (Manche). Selon, François de Rugy « on peut avoir des doutes sur la compétitivité future » du nucléaire. Le chantier du réacteur a subi de nouveaux déboires après un avis négatif de l’Autorité de sûreté nucléaire.

Après les déboires de l’EPR de Flamanville (Manche), le gouvernement exprime ses réserves sur le chantier. Vendredi 21 juin, sur le plateau de France 3 Normandie, le ministre de la Transition écologique et solidaire a confié ses doutes sur la compétitivité du réacteur nucléaire de troisième génération. “Il faudra tirer toutes les leçons pour voir […] du point de vue économique si ce type de réacteur nucléaire est compétitif”, a déclaré François de Rugy.

“Aujourd’hui on peut avoir des doutes en effet sur la compétitivité future par rapport aux énergies renouvelables dont les coûts de production baissent, a poursuivi le ministre. Le constat qu’on fait aujourd’hui c’est que les coûts du production de l’électricité par le nucléaire augmentent alors que les coûts de production de l’électricité, notamment par l’éolien et le solaire, baissent ».

François de Rugy écarte l’abandon du chantier

Ces déclarations interviennent deux jours après un avis de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) sur le chantier de l’EPR de Flamanville. L’ASN a imposé à EDF de réparer plusieurs soudures sur le site avant sa mise en service. Une décision qui retarde encore plus le démarrage du réacteur nucléaire et qui risque d’alourdir sa facture. En parallèle, le ministre de la Transition écologique est en opération communication pour démontrer les efforts de la France sur le développement des énergies renouvelables.

Tandis que des associations écologistes comme Greenpeace ont dénoncé le “déni” et la “stratégie industrielle” d’EDF, François de Rugy a écarté un abandon du chantier. “Ce serait un gâchis monumental, selon le ministre. On ne peut envisager qu’EDF ait investi 11 milliards d’euros dans ce projet de centrale nucléaire nouvelle génération et que cela ne produise jamais d’électricité ».

Par Simon Chodorge, publié le 24/06/2019 à 07H52

https://www.usinenouvelle.com/article/francois-de-rugy-doute-de-la-competitivite-du-nucleaire-avec-le-retard-de-l-epr-de-flamanville.N858205