Juil 10

CLIMAT : FAUT-IL SORTIR DU NUCLÉAIRE POUR SAUVER LA PLANÈTE ? SEPT ARGUMENTS POUR COMPRENDRE LE DÉBAT

Certains pays, comme l’Allemagne, sont en train de sortir du nucléaire. D’autres, comme la France, continuent de croire en cette filière. Franceinfo tente de savoir si on peut s’en passer pour produire de l’électricité dans une trajectoire « zéro carbone« . 

La diminution de la part du nucléaire en France ? Dans la torpeur de la canicule et l’indifférence générale, l’Assemblée a décidé, fin juin, de la reporter de dix ans. C’est donc en 2035 et non en 2025 que la part de l’atome dans la production d’électricité hexagonale sera ramenée de 70% à 50%, selon le projet de loi énergie et climat adopté le 28 juin par les députés. 

Le nucléaire est-il indispensable pour lutter rapidement contre les gaz à effet de serre ? Est-il une des armes nécessaires pour contenir le réchauffement climatique ? La question divise, alors que la catastrophe de Fukushima a poussé des pays comme l’Allemagne à en sortir tandis que, parallèlement, les énergies renouvelables prennent leur essor. Voici sept éléments pour tenter de comprendre ce débat complexe. (NDLR : 4 arguments pour le nucléaire mais  seulement 3 contre !)

1 Le nucléaire fournit une énergie peu carbonée

L’énergie nucléaire est produite par la fission d’atomes d’uranium et non par la combustion de charbon. Au regard des émissions de gaz à effet de serre, elle dégage donc peu de dioxyde de carbone (CO2) et se montre particulièrement compétitive. Selon des chiffres du Giec (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat)  cités par la Société française d’énergie nucléaire (SFEN, qui regroupe les professionnels du secteur) (NDLR : donc pas neutres du tout) les centrales à charbon émettent 820 g de CO2 par kw/h, celles à gaz 490, le photovoltaïque 41, l’hydraulique 24, le nucléaire 12 et l’éolien 11. 

Un argument en or pour EDF : l’électricien français se félicite de produire une électricité « à 87% nucléaire et hydraulique » qui « émet six fois moins de gaz à effet de serre par habitant que la moyenne des pays d’Europe ». Cela vaut à la France d’apparaître en vert sur cette carte, parmi les bons élèves de la production électrique « décarbonée » en Europe (en compagnie de la Norvège et de la Suède, où la production est majoritairement hydraulique).

Le nucléaire serait donc des plus vertueux au regard des émissions de gaz à effet de serre, même s’il ne peut être qualifié de décarboné si l’on prend en compte l’ensemble du cycle nucléaire (extraction du minerai d’uranium, transport vers les usines de transformation du minerai en combustible puis vers les centrales et, enfin, traitement ou enfouissement des déchets radioactifs).

Selon ce document de la SFEN, le nucléaire était en légère progression dans le monde en 2017, avec 455 réacteurs représentant 10,3% de la production d’électricité sur la planète. Au total, « 30 pays », selon le Giec, continuent d’utiliser « l’énergie nucléaire, dont 13 mettent en place de nouvelles capacités nucléaires, notamment en Chine, en Inde, aux États-Unis et au Royaume-Uni ». La bonne nouvelle, se félicite Valérie Faudon, déléguée générale de la SFEN, « c’est qu’il s’agit des pays les plus pollueurs. Ils limitent ainsi l’émission de gaz à effet de serre dans leur production d’électricité ».

2 C’est une énergie disponible à la demande

Les énergies renouvelables sont-elles substituables au nucléaire ? Non, répondent les défenseurs de l’atome, car les centrales nucléaires sont les seules, avec les centrales hydrauliques, à fournir une énergie à la fois abondante, décarbonée et « pilotable« . Un avantage non négligeable. « L’énergie ‘pilotable’, explique Valérie Faudon, est une énergie disponible à la demande. Comme l’énergie ne se stocke pas, on a besoin d’une capacité suffisante pour répondre à la demande, ce que permet le nucléaire. » (NDLR : tiens, elle ne sait pas que les énergies vertes peuvent se stocker et s’utiliser à la demande elles aussi !).

C’est son avantage décisif sur les énergies renouvelables du type éolien et photovoltaïque, dites « intermittentes » parce qu’elles dépendent du vent et du soleil. « L’éolien terrestre ne fonctionne que 25% du temps alors que le nucléaire, lui, a un taux de charge de 75%, et même de 80% pour l’EPR, le réacteur de troisième génération », reconnaît Yves Marignac, porte-parole de l’association négaWatt, qui prône la sobriété énergétique. Le nucléaire permet donc de lancer son chauffage électrique ou sa machine à laver à la demande, de façon immédiate.

3 Il semble difficile d’en sortir en gardant un cap zéro carbone

À priori, dans les pays industrialisés, difficile de se passer du nucléaire sans recourir à d’autres énergies « pilotables« , comme le charbon et le gaz. « Renoncer au nucléaire pourrait se traduire par des milliards de tonnes de gaz à effet de serre dans l’atmosphère », avertit l’Agence internationale de l’énergie dans son rapport (en anglais) de mai 2019. Pour disposer d’énergie « pilotable« , trois Etats américains, la Californie, le Vermont et le New Jersey, qui ont fermé plusieurs centrales nucléaires, utilisent ainsi du « gaz de schiste, fortement émetteur de gaz à effet de serre », remarque la SFEN dans une note d’octobre 2018. « En Allemagne, ajoute-t-elle, malgré des investissements massifs (25  milliards d’euros par an), la part du charbon, l’énergie la plus polluante, est restée stable [il représente 40% de l’électricité produite] : le pays n’atteindra pas ses objectifs climatiques. »

« C’est plus complexe » que cela, nuance Henri Waisman, chercheur à l’Institut du développement durable et des relations internationales (IDDRI) et participant au dernier rapport du Giec. « L’Allemagne a décidé de sortir du nucléaire, mais aussi du charbon d’ici à 2038. Pour y parvenir, elle augmente fortement sa part des renouvelables : 30% de son électricité est aujourd’hui d’origine renouvelable, 65% à l’horizon 2030. » Il faut dire qu’une partie de son opinion la pousse. Vendredi 22 juin, 6 000 militants  ont envahi une mine de charbon pour protester contre la lenteur de la transition énergétique. (NDLR : ce n’est pas près d’arriver en France !Et pourtant, il faudrait bien !)

Aller sur le site pour visualiser la vidéo (3mn30 s) de la manifestation

4 Le Giec le retient dans la plupart des scénarios visant à contenir le réchauffement climatique

Le chemin vers le zéro carbone coche d’ailleurs la case du nucléaire dans la plupart des scénarios évoqués par le Giec pour limiter le réchauffement climatique. Dans son rapport daté de 2018, les experts notent en effet que « l’énergie nucléaire augmente sa part dans la plupart des trajectoires correspondant à une stabilisation du réchauffement à 1,5 °C ». Le groupe table sur « un coefficient d’évolution de la production électrique nucléaire mondiale entre 2020-2050 qui est en moyenne de 1,2″, à comparer toutefois « avec un facteur 5 pour les renouvelables ».

Mais attention, prévient la chercheuse au Commissariat à l’énergie atomique Valérie Masson-Delmotte, membre du groupement : « Le Giec ne fait pas de préconisation. Il a pour mandat d’être pertinent pour éclairer des choix politiques. « Aux gouvernements, donc, de jouer et de trancher sur la question du nucléaire, sachant que, parallèlement, les énergies renouvelables (biomasse, solaire, éolien…), de moins en moins chères, vont connaître une croissance exponentielle. » 

Pour le chercheur Henri Waisman, il reste dans tous les cas « trois conclusions robustes ». « Il faut se concerter pour réduire les besoins énergétiques, développer massivement des solutions renouvelables comme l’éolien et le solaire, et sortir du tout charbon. C’est valable dans tous les scénarios », expose-t-il. 

5 Le parc nucléaire existant est vieillissant, ce qui va coûter cher

D’autres défis attendent les pays qui veulent garder – ou rajeunir – un parc nucléaire vieillissant. Comme le souligne l’Agence internationale de l’énergie, si l’essentiel des réacteurs chinois a moins de 10 ans, les centrales américaines et européennes, elles, approchent dangereusement de la date de péremption. Plus de 80% de l’électricité nucléaire produite en Europe provient de centrales qui ont plus de 30 ans, note l’AIE. Dans les années qui viennent, les pionniers du nucléaire devront donc faire face à des investissements massifs. La France en premier lieu : « D’ici à 2028, 34 des 58 réacteurs vont fêter leur quarantième anniversaire, âge limite d’exploitation fixé lors de la construction du parc », assène le documentaire Nucléaire, la fin d’un mythe, diffusé par Public Sénat.

Cette date limite reste théorique puisque le fonctionnement peut être prolongé d’une ou deux décennies : « Mais il en coûtera 800 millions par réacteur pour les prolonger au-delà de 40 ans et obtenir de l’Autorité de sûreté nucléaire une autorisation d’exploitation pour dix années supplémentaires », expose Valérie Faudon à franceinfo. Mais il ne s’agirait que d’une (coûteuse) rustine temporaire.

Construites dans les années 1970 et 1980,  les centrales françaises vont toutes arriver à bout de souffle en même temps. C’est ce qu’on appelle « l’effet falaise ». Il faudra donc, d’ici 2021, prendre – ou non – la décision de renouveler tout ou partie du parc à partir de 2030. Mais le retard considérable pris par l’EPR de Flamanville a mis en évidence les défaillances de l’industrie nucléaire française. Ce réacteur de troisième génération « plus puissant, plus sûr et émettant moins de déchets » devait fonctionner en 2012. Â l’arrivée, il ne sera pas opérationnel avant 2022, pour un coût passé de 3 à plus de 11 milliards d’euros, rappelle France 3. 

Aller sur le site pour visualiser la vidéo (1mn50s)

6 Le nucléaire pose la question de la sûreté 

Depuis les catastrophes écologiques de Tchernobyl (en 1986 en Ukraine) et surtout de Fukushima (en 2011 au Japon), le nucléaire fait figure de repoussoir dans plusieurs pays développés. Et son essor, notent les experts du Giec, y est désormais freiné par les « préoccupations sur les risques d’accidents et la gestion des déchets radioactifs ». Au point que plusieurs pays ont décidé de sortir du nucléaire, dont l’Allemagne d’ici 2022.  

En France aussi, le débat se fait plus vif, même si l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a montré ses exigences en matière de sûreté en imposant à EDF de coûteuses réparations sur l’EPR de Flamanville (Manche). Au printemps 2019, l’association écologiste Sortir du nucléaire a dénoncé l’organisation, à l’initiative du gouvernement, d’un débat sur la gestion des déchets radioactifs (le stock se monte déjà à 1,6 million de m3 en France, selon le gouvernement). Ce débat sert surtout, estime dans la vidéo ci-dessous la porte-parole Charlotte Mijeon, à cautionner la « construction de nouveaux réacteurs » déjà décidée.

Aller sur le site pour visualiser la vidéo (1mn39s)

Et cette question va s’exporter puisque les apôtres de l’atome rivalisent à l’export pour équiper de nouveaux pays, en dépit des risques liés à cette technologie sensible. Un consortium coréen achève ainsi le chantier d’une centrale aux Emirats arabes unis, tandis que l’entreprise publique russe Rosatom en construit une en Turquie et une autre en Égypte. « Et il y a une nouvelle offensive en Chine et aux États-Unis pour développer de nouveaux réacteurs moins compliqués pour de nouveaux pays candidats », poursuit Valérie Faudon.

Reste que le nucléaire n’essaimera pas partout. « Dans les pays en développement, le nucléaire pose, plus encore qu’ailleurs, un problème de capital, de sûreté et de gestion des déchets, explique Henri Waisman. S’y ajoute la longueur du processus : il se passe entre dix et vingt ans entre le moment où on prend la décision de construire une centrale et la mise en fonctionnement. C’est trop lent pour les pays qui ont besoin d’un développement rapide. » Conclusion : beaucoup s’en passeront. « En Afrique, on devrait aller vers une combinaison entre centrales à gaz et énergies renouvelables », estime Valérie Faudon. 

7 Surtout, il ne favorise pas la sobriété énergétique

Aux yeux de ses opposants, le nucléaire présente enfin un défaut majeur : il entretient le mythe d’une énergie inépuisable. Et pousse ainsi à la consommation d’électricité alors qu’« il faudrait réduire fortement celle-ci », pointe Yves Marignac. Pour le porte-parole de négaWatt, les énergies renouvelables pourraient totalement remplacer le nucléaire en France d’ici 2050. À deux conditions : jouer à la fois sur la sobriété énergétique et « sur un pilotage qui permettrait de faire coïncider la demande avec la production d’énergie renouvelable ». « Les technologies le permettent, assure-t-il. Via une application, on dira à son fournisseur d’énergie : ‘Ma machine à laver doit tourner aujourd’hui’ et l’appareil se déclenchera au moment le plus optimal en fonction du vent ou du soleil. » 

Dans un domaine qui fourmille d’inventivité, des solutions émergent un peu partout. L’université catholique de Lille vise ainsi le « zéro carbone » en 2021, grâce à un système de stockage d’énergie, détaille Le Monde. Mais ces solutions seront-elles applicables à grande échelle d’ici une ou deux décennies ? Seront-elles acceptées par les consommateurs ? Pour les tenants du nucléaire, il s’agit d’un doux rêve : « Le scénario de négaWatt n’a pas de rapport avec la réalité », balaie Valérie Faudon.

Les espoirs de négaWatt renvoient en tout cas à une question cruciale : la demande électrique sera-t-elle maîtrisée ? Dans les pays occidentaux, elle devrait se réduire, grâce aux gains en efficacité énergétique et à la lutte contre les « passoires thermiques » (même si celle-ci prend du retard en France). Mais ne risque-t-elle pas d’être relancée par l’électrification du transport ?

Difficile à savoir, mais il faudra veiller, tout au long du processus (fabrication et utilisation) à ce que cette électrification soit « décarbonée », observe Henri Waisman. « Cette ‘décarbonation’ peut passer par de multiples moyens : le renouvelable, la capture et la séquestration de carbone [qui permet de produire de l’électricité avec du charbon sans CO2 envoyé dans l’atmosphère] ou encore le nucléaire. » Qui reste donc un levier possible, parmi d’autres : « Cela dépendra des hypothèses de coût comparées aux autres options. La transition énergétique est un choix à faire. Aucun n’est parfait, les renouvelables aussi ont des impacts. C’est essentiel de regarder le problème dans sa complexité. Il n’y aura pas de solutions simples. »

Par Anne Brigaudeau France Télévisions, publié le 09/07/2019 à 07h01, mis à jour le 09/07/2019 à 13h47

Photo titre : La centrale nucléaire du Tricastin, dans la Drôme, le 1er novembre 2017.   (TRIPELON-JARRY / ONLY FRANCE / AFP)

(NDLR : bizarre, bizarre, personne ne parle du lien fondamental entre énergie nucléaire et armes nucléaires. Un détail sans doute ! Pour mémoire et avec un seul réacteur nucléaire, Israël, la Corée du Nord, Le Liban et ceux qui suivront …Australie…)

https://www.francetvinfo.fr/societe/nucleaire/climat-faut-il-sortir-du-nucleaire-pour-sauver-la-planete-sept-arguments-pour-comprendre-le-debat_3504835.html