Juil 12

L’ENCEINTE DE CONFINEMENT DE TCHERNOBYL A ÉTÉ LIVRÉE

SUPERSTRUCTURE. Ce 10 juillet 2019, Vinci Construction Grands Projets et Bouygues Travaux Publics ont officiellement remis la clé de l’enceinte de confinement du réacteur n°4 de la centrale nucléaire de Tchernobyl (Ukraine) aux autorités locales. Un geste qui symbolise l’achèvement de ce chantier hors-normes qui aura duré 12 ans et mobilisé 10.000 personnes.

C’est une page qui se tourne. Ce mercredi 10 juillet 2019, les représentants de Vinci Construction Grands Projets et de Bouygues Travaux Publics ont symboliquement remis la clé de l’enceinte de confinement du réacteur n°4 de la centrale nucléaire de Tchernobyl aux autorités ukrainiennes. En présence du président Volodymyr Zelensky, les deux entreprises, réunies au sein du groupement Novarka, ont ainsi mis un terme à ce chantier d’envergure qui se sera étalé sur 12 ans. Plus de 10.000 ouvriers et techniciens se sont relayés pendant 33 millions d’heures pour parachever la construction de l’ancien réacteur accidenté, d’où était survenue l’explosion le 26 avril 1986. La catastrophe tristement célèbre fut classée au 7ème niveau – le plus élevé – de l’Échelle internationale des évènements nucléaires. Considérée comme l’incident atomique le plus grave du XXème siècle, l’explosion de Tchernobyl a eu des conséquences dramatiques sur les plans sanitaire et environnemental. Encore à l’heure actuelle, le nombre exact de victimes n’est pas connu, oscillant, suivant les différentes hypothèses, de plusieurs centaines à un peu moins d’un million. Afin d’isoler le réacteur détruit – mais dont le cœur est encore actif aujourd’hui, plus de 30 ans après l’évènement -, il avait été décidé à l’époque de bâtir une structure d’acier, dite sarcophage, pour recouvrir les ruines du bâtiment et ainsi limiter la radioactivité.

À lire aussi

« On ne fait pas deux chantiers comme celui-ci dans sa carrière », a déclaré à cette occasion le directeur général adjoint de Bouygues Travaux Publics, Marc Adler. « Chaque métier a pu vraiment s’exprimer et se surpasser : les ingénieurs, les responsables de la radioprotection, les collaborateurs en charge du contrat et les gestionnaires, sans oublier les responsables des ressources humaines qui ont recruté dans plus de 30 pays différents. Tchernobyl restera dans l’histoire du génie civil comme un concentré d’innovation et les ingénieurs qui y ont pris part transmettent déjà les enseignements de ce projet hors normes dans les écoles d’ingénieurs. »

« L’arche » de Tchernobyl assume la très lourde responsabilité de garantir la sûreté du site pendant une centaine d’années

Ce premier sarcophage a donc laissé sa place à un second à partir de 2007 : la nouvelle enceinte qui vient d’être finalisée, présentée par Novarka comme « la plus grande structure terrestre mobile jamais construite », affiche une portée de 257 mètres, une largeur de 162 mètres, une hauteur de 108 mètres et un poids total de 36.000 tonnes, en comptant ses différents équipements. « L’arche » de Tchernobyl assume la très lourde responsabilité de garantir la sûreté du site pendant une centaine d’années, de permettre le démantèlement du réacteur accidenté ainsi que de l’enceinte provisoire, et enfin d’assurer le traitement des déchets radioactifs. Pour rappel, ce projet titanesque et ambitieux a été financé par la Banque européenne de reconstruction et de développement, l’entreprise américaine Bechtel (spécialisée dans la construction et l’ingénierie) et le client final, l’organisation Chernobyl Nuclear Power Plant (CHNPP). Vinci précise qu’un essai grandeur nature d’opération de démantèlement des installations accidentées a été effectué « avec succès » le 25 avril 2019.

À lire aussi

« Nous avions une feuille blanche devant nous et un concours d’idées remporté. […] Les défis étaient de taille : concevoir un prototype unique dans un environnement extrêmement contraint, en repoussant sans cesse les limites du savoir, emporter avec nous l’adhésion de toutes les parties prenantes à l’échelle mondiale, inventer des matériaux qui n’existaient pas et des méthodes de construction atypiques », a pour sa part commenté Patrick Kadri, président de Vinci Construction Grands Projets. « Et nous sommes tous conscients du progrès environnemental que cet ouvrage représente pour l’Ukraine, ses pays voisins et tout le continent européen. »

Par C.P., publié le 11/07/2019 à 15h30

https://www.batiactu.com/edito/enceinte-confinement-tchernobyl-a-ete-livree-56951.php