Juil 13

TCHERNOBYL DÉCRÉTÉ « ATTRACTION TOURISTIQUE » PAR LE PRÉSIDENT UKRAINIEN

Explication : Le nouveau président ukrainien Volodymyr Zelensky a signé un décret le mercredi 10 juillet pour faire de Tchernobyl un « site touristique ».

Les spécialistes craignent que la zone, qui a été le théâtre du pire accident nucléaire de l’histoire, ne devienne « une sorte de Disneyland morbide ».

C’est rendre officiel ce qui courait depuis déjà plusieurs mois. Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a profité de la mise en service du nouveau sarcophage devant recouvrir le réacteur nucléaire éventré de Tchernobyl pour signer, mercredi 10 juillet, un décret pour transformer la zone en un lieu touristique. « Tchernobyl a été un point noir de l’image ukrainienne. Il est temps de changer cela », a déclaré le président nouvellement élu. « Nous devons montrer au monde cet endroit : aux scientifiques, écologistes, historiens et touristes. »

Une déclaration pour le moins incongrue alors que le site connaît déjà une hausse massive de la fréquentation touristique depuis le succès planétaire de la série télévisée Chernobyl, qui retrace les premiers temps de la catastrophe nucléaire du 26 avril 1986.

À lire aussi : Nucléaire : « Il faut informer les populations sur les risques potentiels »

« Symboliquement, avec l’ouverture médiatisée de cette zone (même si en réalité elle était déjà en partie accessible aux touristes), [Volodymyr Zelensky] marque encore une autre rupture avec l’époque soviétique où tout ce sujet était secret et mensonge », explique Tatiana Kastouéva-Jean, directrice du centre Russie/Nouveaux États indépendants de l’Institut français des relations internationales.

Un lieu de villégiature boisé et radioactif

Mais l’Ukraine, outre son passé soviétique, doit surtout composer avec une situation économique extrêmement dure. Et Tchernobyl s’est révélé ces derniers mois une véritable mine d’or pour l’économie locale. L’afflux de touristes et autres « instagrameurs » en mal de sensations fortes a fait bondir de 40 % les réservations de tours guidés à Tchernobyl depuis la diffusion de la série du même nom.

« (C’est) un lieu unique au monde, où la nature a repris ses droits après un désastre causé par les hommes », justifie également Volodymyr Zelensky. Le décret prévoit donc de développer la zone par la création d’un « corridor vert pour les touristes », en plus des trois hôtels déjà construits sur place.

« Le tourisme n’est pas dangereux si l’on respecte les règles de sécurité, assure de son côté Galia Ackerman, spécialiste de la Russie et de l’Ukraine, et auteure de Traverser Tchernobyl (Ed. Premier Parallèle, 2016). Par exemple, à Pripiat (ville hautement radioactive située à seulement 3 km de la centrale, NDLR), il ne faut pas manger, ne pas boire ou fumer, ou même marcher sur l’herbe ou entrer dans les bâtiments au risque d’ingérer une particule chaude, c’est-à-dire un grain de poussière auquel est agglutiné un atome de plutonium. »

La sécurité des touristes en question

Mais le succès grandissant de Tchernobyl auprès des touristes a amené avec lui son lot de dérives. « La zone d’exclusion est aussi un symbole de la corruption », s’est désolé Volodymyr Zelensky. Lors de ses nombreux voyages sur place, Galia Ackerman constatait entre autres le développement de « guides sauvages » emmenant les touristes dans des zones interdites extrêmement radioactives. Mais la corruption « inclut (aussi) les pots-de-vin que les forces de l’ordre perçoivent des touristes », note le président ukrainien. « Nous allons arrêter tout cela très bientôt. »

Pour encadrer le secteur, Volodymyr Zelensky a donc défini les plans pour les voies navigables et les points de contrôle dans la région. De même, un système de tickets électroniques pour les visiteurs doit voir le jour.

À lire aussi : Un toit pour cent ans à Tchernobyl

Des mesures qui devraient jouer en faveur des tour-opérateurs, mais qui inquiètent aussi les spécialistes. « Je crains que cela ne se transforme en une sorte de Disneyland morbide si la tendance actuelle se confirme », confie Galia Ackerman. « Si vous visitez (Tchernobyl), rappelez-vous qu’une terrible tragédie s’est produite là-bas », suppliait déjà il y a quelques semaines le scénariste de la série Chernobyl, Craig Mazin. « Comportez-vous avec respect pour tous ceux qui ont souffert et qui se sont sacrifiés. »

Par Caroline Vinet, publié le 12/07/2019 à 18h55

Photo : Au centre, le nouveau président ukrainien Volodymyr Zelensky, dans la ville abandonnée de Pripiat, à trois kilomètres du site de Tchernobyl, le 10 juillet 2019.  (Ukrainian Presidential Press Office via AP)

https://www.la-croix.com/Monde/Europe/Tchernobyl-decrete-attraction-touristique-president-ukrainien-2019-07-12-1201035098