Juil 27

BORIS JOHNSON RÉDIGE SES DIRECTIVES EN CAS DE GUERRE NUCLÉAIRE

La première tâche de Boris Johnson au poste de premier ministre du Royaume-Uni, tout comme pour son prédécesseur, sera particulièrement sérieuse: il devra rédiger personnellement des lettres pour les commandants des sous-marins nucléaires en cas de guerre nucléaire.

«Le premier ministre écrit toujours les lettres lui-même», avait déclaré aux journalistes Bob Anstey, commandant adjoint de la flotte sous-marine.

Le contenu de ces lettres n’est jamais divulgué. Seul le commandement des sous-marins peut en prendre connaissance, et seulement en cas d’élimination du gouvernement et de perte de liaison avec Londres suite à une frappe nucléaire, écrit le site d’information Gazeta.ru.

Le chef du gouvernement dispose de quatre versions principales de consignes dans de telles circonstances. Il doit en choisir une seule et l’indiquer dans ses lettres. Ces principales options sont:

  • la riposte,
  • l’inaction,
  • le placement du sous-marin sous le commandement d’un pays allié (des États-Unis ou de l’Australie) ou
  • l’autorisation au commandent du sous-marin le droit de prendre une décision lui-même.

Ces «lettres du dernier espoir» seront ensuite scellées dans les coffres forts de chaque sous-marin. En cas de changement de premier ministre, les lettres du chef du gouvernement précédent sont détruites sans être ouvertes.

L’ex-premier ministre John Major (1990-1997) a qualifié cette procédure de «l’une des choses les plus compliquées qu’il n’ait jamais faites». Ce choix est extrêmement difficile pour la plupart des chefs du cabinet britannique. Selon les témoins, l’ex-premier ministre Tony Blair, successeur de John Major, était devenu tout pâle et ne pouvait pas prononcer un mot avant l’écriture des lettres. Très peu de premiers ministres dévoilent ce qu’ils ont écrit dans ces lettres.

Theresa May meurt d’envie d’utiliser l’arme nucléaire contre la Russie © REUTERS / Dylan Martinez

On ignore quelle décision a été prise à son époque par Theresa May. En revanche, son attitude envers l’arme nucléaire était, dans l’ensemble, effrayante.

Lors d’une conférence de presse à Bratislava en juillet 2016, l’ex-première ministre a déclaré qu’elle était prête à utiliser l’arme nucléaire comme «force de dissuasion».

Une semaine plus tôt, le parlement britannique avait débattu du potentiel nucléaire du pays. Dans ce contexte, un journaliste de la chaîne Slovaque TV3 avait demandé à Theresa May si elle serait prête à utiliser l’arme nucléaire contre la Russie.

«En effet, la semaine dernière a eu lieu un vote très important au parlement sur la poursuite de notre programme nucléaire. Pendant les débats a été posée la question de savoir si j’étais prête à utiliser l’arme nucléaire comme une force de dissuasion. Ma réponse était que oui», avait répondu l’ancienne chef du gouvernement.

L’ex-ministre de la Défense Michael Fallon, du gouvernement May, affichait la même position. En avril 2017,  il avait déclaré à la BBC Radio 4 que le Royaume-Uni se réservait le droit de porter une frappe préventive avec l’arme nucléaire.

«Dans des circonstances extrêmes, il ne faut pas exclure l’usage de l’arme nucléaire en tant que frappe préventive», a-t-il déclaré tout en refusant de préciser dans quel cas précis le pays pourrait commettre un tel acte.

D’après Michael Fallon, le sens de la dissuasion consiste à «laisser un sentiment d’incertitude dans la conscience de tous ceux qui pourraient songer à l’usage de l’armement» contre le Royaume-Uni.

«United Kingston»: cette coquille d’Ivanka Trump pour féliciter Boris Johnson fait le buzz © REUTERS / Jim Bourg

Le leader du parti conservateur américain Boris Johnson a rencontré ce 24 juillet la reine Elizabeth II, qui l’a officiellement nommé premier ministre.

Pour prendre formellement ses fonctions, le politicien devait recevoir la requête du monarque de constituer un nouveau gouvernement. C’est dans cet objectif que son cortège s’est rendu au palais Buckingham.

Peu de temps avant la rencontre de la reine avec Boris Johnson, Theresa May avait également rencontré cette dernière pour quitter ses fonctions. Elizabeth II avait accepté sa démission. La reine a ensuite reçu Boris Johnson pour lui demander officiellement de constituer le cabinet.

Boris Johnson a remporté la victoire suite au vote au sein du parti conservateur au pouvoir, dont il a pris la tête. Sa promesse principale à l’heure actuelle est l’organisation de la sortie du Royaume-Uni de l’UE avant le 31 octobre. Le nouveau premier ministre a l’intention de procéder au Brexit sans accord préalable avec Bruxelles.

Dans son premier discours public après son entrée en fonctions, Boris Johnson a réaffirmé cette promesse. Il a remercié sa prédécesseure pour ce qu’elle avait accompli à ce poste, tout en reconnaissant l’inconsistance de ses efforts pour garantir la sortie de l’UE: «Je rends hommage à la persistance et à la patience de ma prédécesseure, à son profond attachement au service public, mais malgré tous ses efforts il reste des pessimistes aussi bien dans la patrie qu’à l’étranger».

Boris Johnson a qualifié la sortie de l’UE de décision fondamentale pour les Britanniques. «Ils voulaient que leurs lois soient adoptées par des individus qu’ils peuvent élire ou démettre de leurs fonctions», a-t-il souligné.

NOTE : Les opinions exprimées dans ce contenu n’engagent que la responsabilité de l’auteur de l’article repris d’un média russe et traduit dans son intégralité en français.

Traduction de la presse russe (juillet 2019) . Publié le 26.07.2019 à 18h56

https://fr.sputniknews.com/presse/201907261041799164-boris-johnson-redige-ses-directives-en-cas-de-guerre-nucleaire/