Août 06

POLYNÉSIE ET NUCLÉAIRE : LES HABITANTS DE MANGAREVA SE SENTENT LÉSÉS

Le congrès des maires s’est achevé sur un goût amer pour l’association 193. En effet, si l’environnement s’impose aujourd’hui comme une priorité, rien n’a été dit sur le nucléaire et ses conséquences pour les Polynésiens.

Un rendez-vous manqué pour l’association 193 avec le ministre chargé des collectivités territoriales, Sébastien Lecornu. Le congrès des maires s’est achevé à Rikitea, dimanche 4 août. Il n’a pas fait mention du fait nucléaire pourtant reconnu par le Pays et l’État.

L’objectif de l’association est de sensibiliser le gouvernement français aux cancers de la thyroïde, du sein, de l’utérus mais aux fausses couches qui ne cessent de s’accroître sur l’île.

Aujourd’hui, le Pays et l’État souhaitent s’engager sur un processus de réparation mais quel est le rôle des premiers magistrats de Polynésie dans ce dossier ? Quelles sont leurs compétences ? Pour l’heure rien n’a été évoqué.

Bélinda Tumatariri et Marcel Bonno font le point avec les membres de l’association 

Par Polynésie la 1ère ; BT ; SD, publié le 05/08/2019 à 12h45, mis à jour le 05/08/2019 à 16h21

https://la1ere.francetvinfo.fr/polynesie/tuamotu/rikitea/nucleaire-habitants-mangareva-se-sentent-leses-736650.html