Août 14

BURE-CADARACHE : DES BIDONS RADIOACTIFS CHEZ CASTANER À FORCALQUIER

Déambulation-Rassemblement antinucléaire à Forcalquier, non loin des portes de la résidence du ministre de l’intérieur, en ce 9 août, jour monstrueux du largage par les États-Unis d’une bombe atomique sur Nagasaki au Japon en 1945. Rassemblement à l’unisson de celui en cours dans la région de Bure en Champagne où s’abat une violente répression policière contre les opposants à la poubelle nucléaire Cigéo. Bure-Cadarache : société nucléaire-société policière même résistance, combat.

Ils et elles se sont retrouvés sur les hauteurs de Forcalqiuer à la Citadelle. Des jeunes, beaucoup de jeunes et des plus anciens (1), tous et toutes animé-es de la volonté d’en finir avec l’horreur nucléaire. D’être à l’unisson du rassemblement du week-end à Bure en Champagne où se retrouvent des milliers d’opposants à la poubelle nucléaire Cigéo. Unis face à une société mortifère et policière attentatoire à la vie et aux libertés, utilisant la démocratie comme paravent de son totalitarisme.

En exergue du tract distribué aux passants et touristes « De Cadarache à Bure: mettre fin au délire nucléaire » (2) une citation de l’écrivain et poète provençal Jean Giono en 1961 :  »  Pourquoi ce centre inoffensif n’a-t-il pas été installé tout simplement à Paris et plus spécialement dans les jardins inutiles de l’Élysée ? La proximité de la Seine lui assurerait plus certainement que la Durance le débit d’eau nécessaire à son fonctionnement… Si on me répond que le site de l’Élysée est magnifique, sans en disconvenir, je répondrai que celui de Cadarache ne l’est pas moins. Si on me dit que, malgré son innocuité certifiée, ce centre nucléaire ferait courir quelque danger à Paris et aux hôtes de l’Élysée, je répondrai que notre sort et celui de nos enfants présents et futurs nous sont également très chers.« 

Un reportage sonore de « Radio Zinzine » ponctué de quelques images: https://youtu.be/UG1rYRG2-x0

Communiqué de l’inter-collectif (vendredi 9 août 2019

Ce vendredi, à Forcalquier, quelque 150 personnes se sont réunies pour une bruyante et chantante manifestation de soutien à la lutte de Bure contre CIGÉO et pour l’arrêt immédiat du nucléaire. Depuis la citadelle, des bidons de déchets radioactifs ont roulé à travers les ruelles pittoresques de la ville de Christophe Castaner. Les manifestant.es ont ensuite déployé plusieurs banderoles en centre-ville dont une – «Société nucléaire, société policière », barrait l’entrée de la mairie et du commissariat. Plusieurs prises de paroles se sont succédé pour dénoncer les pollutions et les déchets générés par le centre de recherche nucléaire de Cadarache, le grand délire que constitue le projet ITER ainsi que la répression des militant.es de Bure et des Gilets jaunes.

Pour se débarrasser de ces encombrants fûts de déchets radioactifs, les manifestant.es ont ensuite appelé à aller les déposer devant la maison du ministre de l’Intérieur, à 200 mètres de là, en chantant, sur un air désormais classique :
« _Christophe Castaner, déchets nucléaires…_
_On va les poser chez toi !_
_Christophe Castaner, il y en a des tas,_
_Y en a pour des millénaires
_ »

Bloquée par la police, la manif s’est ensuite rendue devant la sous-préfecture où les fûts de déchets ont été entassés devant la porte.

(1) à l’Appel de l’intercollectif contra les grands projets nucléaires et imposés, avec Longo Maï, Youth For Climate, Les Gilets Jaunes, La revue Z, CAN84,…

(2) C’est le « Ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie » de l’équipe PS-EELV qui, par le décret du 9 novembre 2012, a donné le feu vert pour la création de l’INB ITER à Cadarache.

http://coordination-antinucleaire-sudest.net/2012/index.php?post/2019/08/12/Bure-Cadarache-%3A-Des-bidons-radioactifs-chez-Castaner-%C3%A0-Forcalquier