Août 19

TENSIONS INDO-PAKISTANAISES : NEW DELHI BRANDIT LA MENACE NUCLÉAIRE

Le ministre indien de la Défense, Rajnath Singh, a laissé entendre vendredi que l’Inde pourrait remettre en cause sa doctrine de non-recours en premier à l’arme nucléaire, dans un contexte de tensions accrues avec le Pakistan, à propos de la région himalayenne du Cachemire.

Le ministre s’est rendu à Pokhran, le site où l’Inde avait procédé avec succès à des essais nucléaires en 1998 à l’époque du gouvernement du Premier ministre Atal Vajpayee. « Pokhran est le lieu témoin de la ferme détermination (d’Atal Vajpayee) de faire de l’Inde une puissance nucléaire et demeure toujours fortement attaché à la doctrine de “non-recours en premier” à l’arme nucléaire« , a écrit M. Singh sur Twitter à l’issue de sa visite. « L’Inde a strictement adhéré à cette doctrine. Ce qui se produira à l’avenir dépend des circonstances« , a-t-il prévenu. L’Inde s’était engagée en 1999 à ne pas recourir en premier à l’arme nucléaire en cas de conflit. Parmi les pays voisins de l’Inde, la Chine, qui a adopté la même doctrine, mais pas le Pakistan. Les tensions se sont fortement accrues avec le Pakistan, après la décision du gouvernement du Premier ministre Narendra Modi de révoquer l’autonomie constitutionnelle de la partie du Cachemire contrôlée par New Delhi et qu’Islamabad revendique. Cette décision a été condamnée par Islamabad. La ministre pakistanaise des Droits de l’homme a réagi aux déclarations de M. Singh en tweetant que l’Inde « devrait arrêter de mentir« . L’adhésion de l’Inde à la doctrine de non-recours en premier à l’arme nucléaire « a pris fin le 4 janvier en 2003 lorsque le gouvernement indien a déclaré qu’il utiliserait des armes nucléaires face à toute attaque (même chimique ou biologique) contre l’Inde ou des forces indiennes où que ce soit« . Face à cette crise, le président Donald Trump a appelé l’Inde et le Pakistan à dialoguer au sujet du Cachemire. « Le président (Trump) a rappelé l’importance pour l’Inde et le Pakistan de réduire les tensions à propos (de l’État) du Jammu-et-Cachemire par l’intermédiaire d’un dialogue bilatéral« , a indiqué l’exécutif américain dans un communiqué.

Publié le 18 août 2019

http://www.elmoudjahid.com/fr/actualites/140747