Sep 01

LA MINI-SÉRIE CHERNOBYL, UNE PSEUDO-FICTION PERVERSE

Par son efficacité, cette œuvre efface la ligne de démarcation entre vérité et mensonge. Car la qualité de la réalisation lui confère l’autorité de faire admettre comme véridiques toute sorte de faits alternatifs et d’erreurs, certaines à prétention pédagogique. La vérité est inattendue, complexe : elle surprendrait, elle fatiguerait, elle décevrait, elle ennuierait. CHERNOBYL efface Tchernobyl.

DE L’USAGE DE MANIPULATIONS DE LA CHRONOLOGIE, DES FAITS, DE LA SCIENCE… ET DES ÉMOTIONS  par Yves Lenoir1(juin-août 2019)

Mise en condition…

« Nous vivons à une époque où les gens semblent ré-embrasser la notion corrosive selon laquelle ce que nous voulons être vrai est plus important que ce qui est vrai. » Craig Mazin au Moscow Times (18 mai 2019)2.

Un mois plus tard, dans un entretien publié le 18 juin par le site Slate3, le scénariste développe son propos : « Ce que j’aimerais faire comprendre aux gens, c’est que peu importe ce que nous voulons croire, peu importe l’histoire que nous nous racontons par rapport au monde, la vérité est la vérité. Si vous organisez votre vie en fonction d’une liste de choses qu’un parti politique vous demande de croire ou d’une personne qui vous affirme qu’il va venir vous sauver, vous vous déconnectez de la vérité. Et il y a un prix à payer. »

Chez ceux qui ont vu la série, ces deux citations ne peuvent pas ne pas évoquer chacun des deux passages « programmatiques » en miroir, qui l’ouvre et la conclut. Le porte-parole de l’auteur (en fait sa voix-off), censé incarner l’académicien Valery Legassov, annonce la couleur – en gros : tout ce que vous allez voir est vrai et j’ai payé pour l’avoir dévoilé –, puis, histoire de bien verrouiller l’opinion des spectateurs, réaffirme sa ligne de conduite courageuse, alors que, condamné à l’ostracisme, un véhicule du KGB l’emmène, tel le cow-boy solitaire d’un western de série B, vers un destin funeste…

NDLR: Cet article fort bien documenté est assez long et nous vous conseillons de le lire intégralement sur le site :

https://blogs.mediapart.fr/yves-lenoir/blog/300719/la-mini-serie-chernobyl-une-pseudo-fiction-perverse

Écrit par Yves LENOIR,  Président de l’association Enfants de Tchernobyl Belarus <http://enfants-tchernobyl-belarus.org> ; auteur de La Comédie Atomique, La Découverte, 2016 et, avec le réalisateur Marc Petitjean, du film Tchernobyl, le monde d’après, ETB, 2018. Voir Le blog de Yves Lenoir

Publié le 30 juillet 2019

https://blogs.mediapart.fr/yves-lenoir/blog/300719/la-mini-serie-chernobyl-une-pseudo-fiction-perverse

NDLR : cette analyse complète et enrichi celle publiée sur notre site le 20 juin 2019 sous le titre : » POURQUOI LA SÉRIE « CHERNOBYL » NOUS FASCINE (ET NOUS EFFRAIE) AUTANT ?