Sep 06

CENTRALE NUCLÉAIRE DE CIVAUX : UN GESTE « INAPPROPRIÉ » A CAUSÉ L’ARRÊT DU RÉACTEUR

Civaux. Le réacteur n° 1 est en cours de redémarrage. Il s’était arrêté automatiquement le 25 août, à la suite d’une mauvaise manipulation d’un salarié.

C’est une “ bourde ” à plusieurs millions d’euros : une mauvaise manipulation effectuée par un salarié de la centrale nucléaire de Civaux a causé, le 25 août dernier, l’arrêt brutal du réacteur n° 1, par déclenchement automatique de ses systèmes de sécurité.

L’incident, survenu vers 4 heures du matin, s’était traduit par un bruit audible dans le village de Civaux. Un excès de vapeur (non radioactive) avait en effet été relâché par des soupapes destinées à protéger le circuit secondaire de la surpression. EDF avait diffusé dans la journée un communiqué annonçant l’arrêt, s’excusant pour la gêne occasionnée.

« Inapproprié et pas acceptable »

Hier, tandis que la procédure de redémarrage du réacteur était en cours, EDF a apporté des précisions sur l’incident causé par « un geste inapproprié d’un salarié ». Une manœuvre de cet opérateur aurait provoqué la fermeture d’une vanne du circuit secondaire qui transporte la vapeur sous haute pression (70 bars) entre le circuit primaire du réacteur et la turbine de production électrique. « La vapeur ne pouvant plus aller jusqu’à la turbine, la surpression a entraîné l’ouverture de deux des sept soupapes de sécurité pour évacuer la vapeur à l’extérieur et éviter de causer des dommages au circuit. C’est le bruit qu’ont entendu les riverains », a expliqué hier la direction, rappelant que la vapeur du circuit secondaire n’est pas radioactive et que l’incident n’a pas eu de conséquences en terme de sûreté nucléaire : le réacteur s’étant arrêté immédiatement après le déclenchement de ses dispositifs de mise en sécurité.

Il demeure toutefois sérieux et donne lieu à des « mesures à l’encontre du salarié. On cherche à reconstituer le déroulé de l’incident, préciser l’enchaînement des faits et les responsabilités des personnes impliquées. C’était un geste inapproprié et pas acceptable ». Une source syndicale nous a donné, hier soir, une version concordante des faits.

Redémarrages en cours

Après une dizaine de jours consacrés à vérifier les circuits et mécanismes touchés par l’incident, le réacteur n° 1 devait retrouver sa pleine puissance au cours de la nuit passée. Le manque à gagner d’une journée d’arrêt est de l’ordre d’un million d’euros.

Le réacteur n° 2, à l’arrêt pour rechargement en combustible depuis le 19 juillet, est également en cours de redémarrage. Il a connu un faux départ lundi soir ; un défaut sur le transformateur (à l’extérieur de la centrale) ayant interrompu sa montée en puissance. Il doit être recouplé au réseau électrique dans la nuit de vendredi à samedi.

Par Sébastien KEROUANTON , Journaliste, rédaction de Montmorillon

Publié le 05/09/2019 à 04h56 | Mis à jour le 05/09/2019 à 08h11

Photo en titre : Une des deux turbines de production électrique de la centrale de Civaux. L’incident est survenu sur la conduite qui apporte la vapeur sous pression.
© Photo NR

https://www.lanouvellerepublique.fr/vienne/commune/civaux/un-geste-inapproprie-a-cause-l-arret-du-reacteur