EPR FLAMANVILLE : ESSAIS EN CATIMINI À CHAUD ET À RISQUES

L’État nucléaire continue de passer en force

COMMUNIQUÉ du 27 septembre 2019 

L’État Nucléaire a pour habitude de déroger à ses propres lois concernant la sûreté nucléaire et de passer en force à propos du réacteur EPR de Flamanville, comme on l’a constaté à propos de la cuve défectueuse, révélée en 2015. Depuis sur ce chantier calamiteux (et le mot est faible, il vaut mieux parler de désastre), de nouvelles annonces se succèdent : problèmes de soudure pour lesquels l’ASN exige réparation avant l’hypothétique mise en service en 2022, anomalie de fabrication sur les 4 générateurs de vapeur et le pressuriseur de l’EPR, c’est-à-dire sur des pièces vitales.

Sans vergogne, EDF choisit cet environnement pour le moins fragile, pour démarrer les essais à chaud, samedi 21 septembre au matin dans la plus grande discrétion, ne rendant publics ses exploits que le 25…De plus, en juillet 2018, EDF a obtenu l’autorisation d’utiliser de la vapeur tritiée (donc radioactive) des deux autres réacteurs de Flamanville pour réaliser ces essais . Or ces réacteurs sont actuellement arrêtés pour un temps indéterminé car placés sous surveillance renforcée de l’ASN.

Il est inacceptable qu’EDF transgresse, contourne ainsi les décisions prises, par le biais des essais. Au vu des derniers épisodes, la soi-disant Autorité de Sûreté Nucléaire aurait dû retirer cette autorisation et démontrer ses capacités à faire stopper un chantier que tout conduit à l’abandon. Même le décret d’autorisation de création devient caduque en avril 2020.

Populations et travailleurs concernés, rassurez-vous, l’État pense à vous et vous prépare une nouvelle distribution de pastilles d’iode dans un rayon élargi à 20 km en cas d’accident. Le principe de précaution, inscrit dans la Constitution doit s’applique avant l’accident et non dans sa gestion post-accidentelle.

Le Collectif anti-nucléaire Ouest appelle à arrêter les apprentis sorciers qui veulent coûte que coûte exporter cette technologie dangereuse et mortifère. 6 EPR ont été promis à l’Inde. L’industrie atomique française (EDF, CEA, Naval Group, TechnicAtome) vient de conclure à Vienne un accord avec Westinghouse * pour développer des mini réacteurs avançant la raison hypocrite et mensongère d’être au service du climat.

*industriel américain dont la faillite a été déclarée en 2017 pour plusieurs milliards d’euros.

Par Chantal CUISNIER, publié le 27 septembre 2019

Contact presse :

Didier Anger 06 80 23 39 45 /  Chantal Cuisnier 06 84 14 58 87 /  Martial Château 06 45 30 74 66 /  Sylvie Sauvage 06 08 71 79 61

Collectif Anti-Nucléaire Ouest

contact@can-ouest.orgwww.can-ouest.org

https://www.facebook.com/can.ouest/ https://twitter.com/canouest

http://www.can-ouest.org/epr-flamanville-essais-en-catimini-a-chaud-et-a-risques/