QUI EST ALAIN MORVAN, LE NOUVEAU PATRON CHOISI PAR EDF POUR RATTRAPER LE RETARD DE L’EPR DE FLAMANVILLE?

PORTRAIT : Alors que la facture et le calendrier de l’EPR de Flamanville ont encore dû être considérablement revus, EDF a annoncé remplacer le directeur du projet pour placer Alain Morvan, un excellent connaisseur du groupe et du site de Flamanville, aux manettes.

Un nouvel homme fort permettra-t-il à EDF de mener à bien le projet de réacteur nucléaire EPR de Flamanville (Manche)? Ce dernier a vu son calendrier rallongé de trois ans et une facture enflant encore de 1,5 milliard d’euros, a annoncé l’énergéticien le 9 octobre. Le lendemain, EDF a pris la décision de remplacer au 1er janvier 2020 Laurent Thieffry par Alain Morvan au poste de directeur du projet Flamanville 3.

Le premier est nommé « directeur de la Direction Industrielle au sein de la Direction Ingénierie et projets Nouveau Nucléaire« , qui « porte l’expertise de la filière nucléaire au sein d’EDF dans les domaines des matériaux, de la chimie et des géosciences« , et couvre également le contrôle et la surveillance des fournisseurs pour l’ensemble des activités nucléaires du groupe, a indiqué EDF dans un communiqué le 10 octobre.

Un ancien directeur du site de Flamanville

Alain Morvan, pour sa part, connaît bien EDF pour y avoir passé 22 années passées dans l’industrie de la production d’électricité d’origine nucléaire, dans diverses fonctions techniques et managériales. Entre 2011 et 2014, il avait même dirigé le site de Flamanville. « En charge des deux réacteurs en production, j’ai construit et mené avec mon équipe un projet de site qui avait pour ambition d’améliorer significativement nos performances d’exploitation et de préparer le site à accueillir les phases de grands travaux de maintenance et de modernisation« , relate-t-il sur son profil LinkedIn.

Passage chez Naval Group

Il avait ensuite pris la direction du site de Paluel, en Seine-Maritime, doté de 4 réacteurs de 1300MW, à quelques mois du « grand carénage » (visite décennale importante pour réaliser des activités de maintenance et de modernisation du site), avant de rejoindre DCNS. Chez Naval Group, de 2015 à 2019, il était devenu le responsable du site de Cherbourg (Manche), spécialisé dans la construction navale de défense, des phases d’avant-projet jusqu’à la construction de navire, en France et à l’étranger.

Depuis septembre, il était revenu chez EDF, en tant que Directeur des Opérations au sein du parc nucléaire. « Je suis engagé auprès de la direction du parc nucléaire d’EDF pour apporter le fruit de mon expérience acquise à Naval Group, pour contribuer à la définition des orientations de progrès nécessaires à l’amélioration des performances du parc nucléaire d’EDF, et pour les porter sur le terrain sur les différents sites de production« , indique-t-il.

Les enjeux de Flamanville 3

À Flamanville 3, les enjeux à résoudre sont gigantesques. EDF a choisi la solution robotisée pour refaire des soudures de traversées du circuit secondaire principal de l’EPR de Flamanville en construction et dévoilé un nouveau calendrier pour sa mise en service. Il reste toutefois dépendant de plusieurs validations par l’Autorité de sûreté nucléaire. Les problèmes survenus sur le chantier ont d’ailleurs conduit le gouvernement à commander à l’ancien PDG de PSA, Jean-Martin Folz un audit, attendu pour le 31 octobre.

Par la rédaction, publié le 11/10/2019 À 08H21

Photo en titre : Alain Morvan est chargé de rattraper le retard et les surcoûts pris par le projet de réacteur nucléaire EPR de Flamanville. © Ludovic Dupin

https://www.usinenouvelle.com/article/qui-est-alain-morvan-le-nouveau-patron-choisi-par-edf-pour-rattraper-le-retard-de-l-epr-de-flamanville.N893319