Oct 21

L’EPR, LE VRAI BOULET D’EDF

Le projet Hercule de refonte du groupe EDF, voulu par le gouvernement, attendra. Pas parce que les syndicats sont vent debout contre toute scission du groupe entre un EDF bleu nationalisé comprenant le nucléaire, l’hydroélectrique et le transport de l’électricité de RTE et un EDF vert avec les activités soumises à la concurrence, dont Enedis et les renouvelables.

Si le PDG de l’énergéticien, Jean-Bernard Lévy, a gelé le projet, ce serait pour attendre le résultat de discussions avec Bruxelles sur la régulation du nucléaire, et notamment l’évolution de l’accès régulé à l’énergie nucléaire historique (Arenh). Ce mécanisme oblige EDF à vendre un quart de sa production nucléaire historique à 42 euros le MW à ses concurrents fournisseurs alternatifs (Engie, Total Direct Énergie…) qui le demandent. Lorsque les cours remontent, il empêche EDF de tirer tout le profit de sa production. La loi énergie climat qui vient d’être votée pourrait empirer les choses et réduire encore la visibilité du groupe sur ses rentrées financières. Pour autant, le vrai problème d’EDF n’est pas là.

Sur le même thème: Pourquoi l’EPR de Flamanville ne démarrera pas avant 2023…

Ce qui oblige le groupe à repenser sa structure, c’est autant sa dette de plus de 30 milliards d’euros, le mur d’investissements devant lui et son incapacité à financer le nouveau nucléaire. Rien de nouveau néanmoins. Mais ce qui bouche actuellement l’horizon d’EDF, ce sont ses chantiers d’EPR. Au Royaume-Uni, pour celui de Hinkley Point C, EDF vient d’annoncer un dérapage des coûts de 2,15 à 3,3 milliards d’euros et neuf à quinze mois de retard. Pour des soudures à refaire, l’EPR de Flamanville (Manche) ne sera, lui, pas en exploitation avant 2023, au lieu de 2020 aux dernières promesses. Sa facture s’alourdit encore de 1,5 milliard d’euros pour atteindre 12,4 milliards d’euros. Un montant qui plombe à la fois les comptes d’EDF pour encore trois ans sans lui apporter le moindre revenu, et qui obère l’avenir du parc nucléaire français.

Par Aurélie Barbaux publié le 19/10/2019 à 09H15

https://www.usinenouvelle.com/article/l-epr-le-vrai-boulet-d-edf.N893999