Oct 30

EPR : UN RAPPORT ATOMIQUE POUR RELANCER LA FILIÈRE NUCLÉAIRE

Le rapport Foltz sur l’avenir de l’EPR est à la fois un procès sans concession des faiblesses de la filière nucléaire française et le prétexte qu’attendait le gouvernement et EDF pour justifier la construction de centrales. Exercice délicat et explosif…

C’est un exercice d’équilibriste auquel s’est livré Jean-Martin Folz, dans un rapport remis en début de semaine à Bruno Le Maire, le ministre de l’économie. À la fois dresser le constat, incontestable et implacable, de l’échec retentissant pour EDF de la construction de l’EPR de Flamanville, qui accumule les retards et les surcoûts. Mais aussi se montrer optimiste sur l’avenir de ces réacteurs nucléaires de nouvelle génération. Et recommander la poursuite des investissements dans leur développement. « La pertinence du concept et du design » a été démontrée, justifie l’ancien PDG de PSA, citant l’exemple deux réacteurs chinois de Taishan, mis en service ces derniers mois.

Sur une trentaine de pages, Jean-Martin Folz dénonce d’abord des estimations initiales « irréalistes », tant pour les coûts que pour les délais de construction. « EDF a grossièrement sous-estimé (…) la complexité » du projet, assène-t-il. Initialement prévue en juin 2012, la mise en service n’interviendra pas avant fin 2022. La facture estimée a déjà triplé, passant de 3,3 à 12,4 milliards d’euros. La faute, également, à une série de dysfonctionnements et de dérapages, dont l’inventaire est accablant. Et qui met en lumière une gouvernance « inapproprié » du projet et des « relations insatisfaisantes » entre les différentes entreprises impliquées dans la construction.

« Perte de compétences généralisée »

Plus grave encore, les difficultés du chantier témoignent d’une « perte de compétences généralisée » dans la filière nucléaire française, en particulier chez EDF et chez Framatome, l’ex-Areva NP devenue filiale d’EDF début 2018. Cela touche autant les bureaux d’études, les fabricants de composants que « l’aptitude à gérer un très gros chantier ». En cause: l’absence de construction de nouvelles centrales pendant près de 20 ans. Le rapport s’attarde notamment sur la « faiblesse des ressources et talents en technique et réalisation de soudage ». Ainsi, le dernier retard en date a été provoqué par la découverte de soudures non-conformes, qui devront être réparées grâce à l’utilisation de robots télé-opérés.

Malgré tout, l’ancien patron de PSA se montre plutôt confiant, voulant croire que l’électricien français a tiré les leçons du fiasco de Flamanville. Une « expérience si chèrement acquise », estime-t-il. « Les progrès observés au cours des récentes années doivent conforter, et amplifier, les derniers choix d’organisation faits par EDF », poursuit-il. Le rapporteur salue aussi l’entrée de Framatome dans le groupe, qui permet « de rationaliser et de simplifier plus avant l’organisation des ressources scientifiques et techniques dans les projets nucléaires« .

Pour réussir la construction des prochains EPR, le rapporteur préconise également de lancer « des programmes stables à long terme de construction de nouveaux réacteurs » afin d’impulser une nouvelle dynamique en donnant aux entreprises du secteur « la visibilité et la confiance nécessaires pour qu’elles engagent les efforts d’investissement et de recrutement indispensables ». Et de citer l’exemple de la Chine, où « la construction de centrales nucléaires se poursuit régulièrement depuis une vingtaine d’années ».

Décision reportée ?

Après tous ces déboires, l’avenir des EPR en France n’est officiellement pas encore assuré. Pour la filière nucléaire, le temps presse pourtant; afin de se préparer à la fermeture des plus vieilles centrales du parc français. Initialement, le gouvernement devait prendre une décision mi-2021, à quelques mois seulement des élections présidentielles. Mais Bruno Le Maire n’hésite désormais plus à évoquer un report de calendrier. Pas avant 2023, soit après la mise en service de l’EPR de Flamanville. Et surtout après le scrutin d’avril 2022.

Le dossier est politiquement sensible, alors que les retards à répétition semblent avoir durablement terni l’image de ces réacteurs nucléaires. Et que la prise de conscience écologique a fait naître de nouveaux enjeux électoraux, que les prochaines municipales pourraient confirmer. Il s’entrechoque en plus avec le projet de réorganisation d’EDF, qui prévoit une scission en deux de l’entreprise – un « EDF bleu« , renationalisé pour le nucléaire notamment, et un « EDF vert » pour les énergies renouvelables.

Un sujet socialement explosif, qui mobilise déjà les syndicats. Il vient d’être reporté en 2020. Et pourrait, lui aussi, traîner en longueur parce qu’il est lié à de difficiles négociations avec l’exécutif européen sur un relèvement du tarif de l’Arenh, le dispositif qui permet aux concurrents de l’électricien historique de lui acheter un quart de sa production nucléaire à un prix fixe.

Préparer le terrain médiatique

Pour les détracteurs de l’atome, cependant, les conclusions de Jean-Martin Folz ne seraient en réalité qu’un moyen de préparer le terrain médiatique à l’annonce, déjà actée, de la construction de nouveaux réacteurs. Et le discours de fermeté affiché par Bruno Le Maire – qui a dénoncé « un manque de rigueur inacceptable » et réclamé à EDF un « plan d’action » d’ici à la fin novembre – ne serait que de façade.

Ils en veulent aussi pour preuve la lettre adressée en septembre à Jean-Bernard Levy, le patron de l’électricien français, dans lequel le gouvernement lui demandait de réfléchir à la construction de « trois paires de réacteurs sur trois sites distincts » d’ici à 2035. Embarrassé, le ministère de la Transition écologique avait alors assuré qu’il ne s’agit que d’une simple « hypothèse de travail », qui « ne présage en rien les décisions qui pourraient être prises« .

Quelques jours après la publication, mi-octobre, de ce courrier par Le Monde, Jean-Bernard Levy, dont le mandat à la tête de la société a été prolongé en mai, enfonçait encore le clou. « Il est clair que la France se prépare à construire de nouvelles centrales nucléaires », assurait-il au quotidien du soir, évoquant ensuite les six EPR. « Pour faire baisser les coûts, il ne faut pas simplement faire des têtes de série les unes après les autres, mais un ensemble de réacteurs. C’est simplement la réalité industrielle », justifiait-il. « Ce n’est pas EDF ni son PDG qui fixe la politique énergétique du pays », avait rétorqué Élisabeth Borne, la ministre de la Transition écologique. Sans convaincre les détracteurs du nucléaire.

Par Jérôme Marin, publié le 30/10/2019 à 8h39

Photo en titre : Crédits Reuters

https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/energie-environnement/epr-un-rapport-atomique-pour-relancer-la-filiere-nucleaire-831948.html