Nov 25

« DÉFIANCE », MAÎTRE MOT DU DÉBAT SUR LES DÉCHETS NUCLÉAIRES (JOUANNO)

Le débat sur les matières et déchets radioactifs a témoigné de la « défiance » des Français sur ce dossier, a déclaré à l’AFP la présidente de la Commission nationale du débat public (CNDP) à l’occasion de la présentation lundi des conclusions des discussions.

« Ce qui s’exprime dans le débat public sur le nucléaire c’est la défiance, une défiance qui s’est cristallisée au fur et à mesure des années et des débats publics avec le sentiment qu’on ne répondait jamais à leurs interrogations et à ce qu’ils disaient« , a indiqué Chantal Jouanno.

La CNDP et la commission particulière chargée d’organiser le débat sur la gestion des matières et déchets radioactifs ont présenté lundi le bilan de cet exercice qui s’est tenu du 17 avril au 25 septembre.

Plus de 3.400 participants aux 22 réunions publiques à travers la France, 28.000 visites du site internet, plus de 3.000 messages… Les chiffres ne sont pas extraordinaires, mais « déjà d’avoir pu tenir le débat jusqu’au bout (…) c’est un élément de satisfaction très important« , a noté Mme Jouanno, alors que certaines rencontres ont été perturbées par des militants d’ONG antinucléaires qui ont boycotté le débat officiel.

Pour tenter de réconcilier population et décideurs sur cette question stratégique, le rapport appelle l’État et l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), qui ont jusqu’au 25 février pour répondre à ce bilan, à fournir des « réponses argumentées » et à mettre en place un dispositif « pérenne » d’association du public aux décisions, « sauf à prendre le risque d’accroître la frustration collective« .

« Il y a chez certaines personnes un désenchantement, elles se disent +à quoi bon organiser un débat public si les décisions prises après n’en tiennent pas compte+« , a commenté Isabelle Harel-Dutirou, présidente de la commission particulière qui organisait le débat.

Sur un sujet très conflictuel, miroir des clivages autour du nucléaire dans un pays qui possède le deuxième parc de réacteurs au monde, les conclusions mettent aussi en avant le fait que les Français se préoccupent sur ce dossier surtout des questions d’éthique et de société : quel héritage pour les générations futures, impacts sanitaires et environnementaux…

En haut de la liste des inquiétudes des participants également le projet Cigéo d’enfouissement des déchets les plus radioactifs à 500 mètres sous terre.

Les déchets de haute activité (HA), qui peuvent être radioactifs jusqu’à des centaines de milliers d’années et doivent rejoindre Cigéo, représentent 0,2% du total des déchets radioactifs, soit l’équivalent du volume d’une piscine olympique, mais 94,9% du niveau de radioactivité.

Par AFP, publié le 25 novembre 2019 à 17h30

https://www.connaissancedesenergies.org/afp/defiance-maitre-mot-du-debat-sur-les-dechets-nucleaires-jouanno-191125