Nov 29

LETTRE OUVERTE À Mr THOMAS BACH, PRÉSIDENT DU COMITÉ INTERNATIONAL OLYMPIQUE

                                   Cher Monsieur,

Nous avons appris votre décision de transférer la tenue du marathon à Sapporo, Hokkaïdo, pour minimiser les risques provoqués par la chaleur éventuelle de l’été japonais sur la santé des athlètes et du public. Nous nous étonnons cependant que les risques provoqués par la radioactivité due à l’accident de la centrale de Fukushima Daï-ichi n’aient pas, à notre connaissance, été pris en compte par votre comité. Il est vrai que ceux-ci sont moins « visibles » mais sont source de danger à long terme.

En dépit de 9 années écoulées, actuellement, l’accident nucléaire de Fukushima n’est pas terminé, et fait toujours l’objet d’une déclaration d’urgence nucléaire.

Depuis près de 8 ans les dégagements de radioactivité n’ont pas pu être arrêtés. L’accident a engendré une contamination radioactive excessive dans l’ensemble du Japon et tout particulièrement dans l’Est où la préfecture de Fukushima est touchée de plein fouet. Cette même zone a été, il y a peu, frappée par les typhons Faxai et Hagibis d’une puissance sans précédent ; de fortes doses de la radioactivité toujours présente dans la nature ont été répandues un peu partout par les crues des rivières, et force est de constater que cette dissémination n’est pas contrôlable.

Il est incompréhensible qu’il soit prévu que la flamme olympique débute son parcours à partir du J village, non loin du site de Fukushima Daï-ichi, utilisé comme centre opérationnel de gestion de l’accident nucléaire, et qu’elle doive sillonner toute la zone contaminée.

Les mesures effectuées sur les sols autour du Stade Azuma Fukushima, où sont prévus les matchs de baseball et de softball, ont révélé une contamination allant jusqu’à 6176 Bq/kg.

De même, dans la partie de la baie de Tokyo où auront lieu les épreuves de natation du triathlon, l’eau est non seulement trouble et nauséabonde, mais une radioactivité importante s’y est accumulée. Car il faut savoir qu’à Tokyo aussi de nombreux « hot spots » radioactifs existent maintenant.

Outre l’inquiétude concernant la santé des athlètes en général, nous craignons que cet évènement, dans la région de Fukushima en grande partie contaminée pour des centaines voire milliers d’années, n’efface la gravité de la situation hautement dérangeante des résidents contraints d’y vivre. Parmi ceux-ci, des femmes – enceintes ou en âge de procréer – et des enfants sont touchés par la catastrophe et exposés à des taux élevés de rayonnements ionisants. En ne dénonçant pas la gravité de cette situation, vous risqueriez de vous en rendre complice laissant ainsi croire au monde entier que l’accident de la centrale de Fukushima n’a laissé aucune trace et fait désormais partie du passé.

Au vu des risques pour la santé encourus au Japon, nous vous demandons de faire vérifier par des scientifiques indépendants les doses de radioactivité présentes dans les localités concernées par les Jeux Olympiques et d’en tirer les conséquences qui s’imposeront.

Avec nos salutations, les plus respectueuses,

Les premières associations signataires :

ADN, Arrêt Du Nucléaire, 75

Appel de Genève « APAG2 », Genève, Suisse,

ContrAtom, Genève, Suisse,

Collectif contre l’ordre atomique,

Echo-Echanges NGO France-Japon, Montreuil

« Enfants de Tchernobyl Belarus »,

Association Henri Pézerat,

Association Nos Voisins Lointains 3.11

Réseau Sortir du nucléaire, France

Soigner les Enfants de Tchernobyl, Genève

SDN Berry-Giennois-Puisaye,

SDN Isère,

SDN 72,

Sortir du nucléaire Suisse romande

Yosomono-Net France…

Liste des premières personnalités signataires sur le site de la pétition : https://www.change.org/p/m-thomas-bach-du-cio-lettre-ouverte-%C3%A0-m-le-pr%C3%A9sident-du-cio-thomas-bach?recruiter=21691005&recruited_by_id=491b6930-beed-012f-973a-4040d2fbfbbf&utm_source=share_petition&utm_medium=copylink&utm_campaign=petition_dashboard

VOUS AUSSI, SIGNEZ CETTE PÉTITION