FUKUSHIMA: «L’ÉVACUATION DURABLE DES POPULATIONS COÛTAIT TROP CHER, SELON LES AUTORITÉS»

INTERVIEW – Cécile Asanuma-Brice, urbaniste et chercheuse au CNRS au Japon, explique la reconquête des zones polluées.

Cécile Asanuma-Brice, urbaniste française parfaitement bilingue, va coordonner au Japon un projet de recherche CNRS qui sera lancé en 2020.

LE FIGARO (LF) – Qui a décidé de décontaminer les sols de Fukushima ?

Cécile ASANUMA-BRICE (CAB) – Le Japon n’est pas le seul impliqué. L’Agence internationale de l’énergie atomique, la Commission internationale de protection radiologique, le Comité scientifique des Nations unies pour l’étude des effets des rayonnements ionisants et l’Organisation mondiale de la santé ont organisé de nombreuses conférences à Fukushima pour aboutir essentiellement au message suivant : « Le refuge des populations évacuées coûte trop cher. » La politique de décontamination a donc précédé celle du retour. Le gouvernement japonais a « proposé » aux habitants, de façon plus ou moins musclée, avec des incitations fortes comme la coupure des subventions au refuge et des avantages financiers pour ceux qui revenaient (comme la réfection des habitations), de retourner et d’apprendre à vivre dans un territoire encore inégalement contaminé.

LF : Que peut-on dire du projet du CNRS pour étudier le retour des populations ?

CAB : L’Institut national des sciences de l’univers du CNRS lance, à partir de janvier 2020, pour une première période de cinq ans, le programme Mitate Lab. En japonais, mitate signifie « construire par le regard », et c’est l’acronyme français de « Mesure Irradiation Tolérance humaine viA Tolérance Environnementale ». Il s’agit d’une coopération bilatérale franco-japonaise que je codirigerai avec Olivier Évrard, du CEA, et Kôji Itonaga, professeur à la Nihon University de Tokyo.

LF : En quoi consistera ce travail ?

CAB : La trentaine de chercheurs qui composent ce groupe aura pour but d’évaluer la situation environnementale et sociale dans les territoires de l’ancienne zone d’évacuation, rouverts à l’habitat autour de la centrale. Il permettra une approche pluridisciplinaire en sciences dures, en sciences humaines et sociales.

Nous travaillerons sur les aspects physiques de la contamination et de la décontamination de l’environnement (évaluation des politiques, la répartition des nucléides et leurs déplacements dans les sols et les végétaux) et sur les conséquences du retour à la vie dans ces territoires, en proposant une évaluation quantitative démographique des mouvements de population, mais également qualitative avec un travail de suivi de terrain approfondi auprès des populations locales. D’autres chercheurs travailleront sur l’histoire environnementale de ces zones afin de mesurer le niveau d’évaluation de l’acceptabilité du risque à travers le temps.

Par Marc Cherki, publié le 17 décembre 2019 à 18h12,

Photo en titre : En mars 2018, l’entrée de la zone d’exclusion, dans la ville de Tomiola, de la préfecture de Fukushima. Photo d’illustration. BEHROUZ MEHRI/AFP

https://www.lefigaro.fr/sciences/fukushima-l-evacuation-durable-des-populations-coutait-trop-cher-selon-les-autorites-20191217?fbclid=IwAR3pCj5pELxS_6xZX4DRJfEhkjkszcBtkmMlUriXtg9dfoRWEckfUxjFqVg