PYONGYANG NE SEMBLE PAS VOULOIR RENONCER À SON PROGRAMME NUCLÉAIRE

Pyongyang semble juger impossible l’abandon de son programme de développement atomique en échange de la levée des sanctions internationales à son encontre. C’est une conclusion rendue par les services de renseignement sud-coréens (NIS).

À en croire la députée Lee Eun-jae, de la commission du renseignement du Parlement, les services secrets ont fait part de cette analyse hier, après avoir disséqué les résultats de la dernière réunion plénière du Parti des travailleurs nord-coréen.

Toujours selon l’élue, le NIS scrute en particulier les annonces du régime communiste sur « la réelle action choquante » et la reprise possible de ses tests d’armes nucléaires et de missiles balistiques intercontinentaux (ICBM).

À propos de la « nouvelle arme stratégique » que l’homme fort de Pyongyang a promis de présenter, le renseignement de Séoul estime que le Nord pourrait développer un missile balistique pouvant être tiré depuis un sous-marin (MSBS), ou bien un système de mirvage (MIRV) pour ICBM. Celui-ci consiste à pouvoir équiper ces missiles avec plusieurs têtes nucléaires ou conventionnelles, et leur permet de prendre des trajectoires indépendantes lors de leur entrée dans l’atmosphère.

Le NIS croit en même temps que le royaume ermite ne se lancera pas dans une provocation militaire au détriment des visites touristiques sud-coréennes aux monts Geumgang, situés sur son sol, qu’il souhaite reprendre au plus vite.

Publié le 7 janvier 2020 à 11h14, mis à jour à 19h24

Photo en titre : YONHAP News

http://world.kbs.co.kr/service/news_view.htm?lang=f&Seq_Code=68294