NUCLÉAIRE : L’EXÉCUTIF REPORTE LE CASSE-TÊTE DES NOUVELLES CENTRALES EPR AU PROCHAIN QUINQUENNAT

La décision de construire ou non de nouveaux réacteurs nucléaires EPR en France ne sera pas prise avant fin 2022, a confirmé ce mercredi la ministre de la Transition écologique Élisabeth Borne.

L’exécutif reporte le casse-tête. La décision de construire ou non de nouveaux réacteurs nucléaires EPR en France ne sera pas prise avant la fin 2022 – donc pas avant le prochain quinquennat -, a confirmé ce mercredi la ministre de la Transition écologique, Élisabeth Borne.

« Que ce soit l’ensemble des éléments sur le nucléaire ou les scénarios 100 % renouvelables, c’est à mi-2021 que l’on souhaite avoir l’ensemble des éléments, techniques, économiques… », a-t-elle argué lors d’une audition de la commission du Développement durable et de celle des Affaires économiques à l’Assemblée nationale.

Nucléaire : le gouvernement face au casse-tête des nouvelles centrales EPR

Le tout « pour une décision […] qui n’interviendra pas avant la mise en service de Flamanville », alors que « le chargement du combustible de Flamanville est prévu fin 2022. Donc ça veut dire que c’est au-delà » de cette date, a ajouté la ministre.

Deux scénarios envisagés

Le gouvernement a demandé d’une part à EDF de plancher sur un projet pour la construction de six nouveaux réacteurs nucléaires de nouvelle génération. Il envisage parallèlement un scénario dans lequel la France se reposerait à terme sur une électricité d’origine 100 % renouvelable. Ce scénario est élaboré avec l’aide de l’Agence internationale de l’énergie (AIE) et de RTE, le gestionnaire du réseau à haute tension, a indiqué Elisabeth Borne.

« Sur des sujets aussi importants, il faut que l’on prenne des décisions rationnelles, raisonnées, et c’est bien l’objectif des différentes études qui sont lancées », a-t-elle fait valoir. Je pense qu’on est dans la bonne démarche en examinant tous les scénarios, en se donnant le temps de les examiner avec rationalité et sans a priori, avec un objectif simple, qui est d’avoir une production d’électricité décarbonée à un coût abordable pour les citoyens comme pour les entreprises ».

Par Les Échos, publié le 8 janv. 2020 à 19h50

Photo en titre : La ministre de la Transition écologique, Elisabeth Borne, et le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, gèrent cet épineux dossier de l’énergie et de l’environnement. ERIC PIERMONT/AFP

https://www.lesechos.fr/industrie-services/energie-environnement/nucleaire-lexecutif-reporte-le-casse-tete-des-nouvelles-centrales-epr-au-prochain-quinquennat-1161333