APRÈS LE SÉISME DU TEIL, STOP NUCLÉAIRE VEUT DES RÉPONSES

Il y a deux mois, stop nucléaire Drôme-Ardèche a fait part de ses inquiétudes sur la capacité des préfectures à assurer la protection des populations en cas d’accident nucléaire. L’association attend toujours une réponse.

Leur courrier adressé aux préfectures de la Drôme, de l’Ardèche et de l’Isère date du 5 décembre et, pour l’instant, seul le préfet isérois leur a répondu. Dans cette lettre, l’association Stop nucléaire 26-07 fait part de ses inquiétudes après deux récents événements : l’incendie de l’usine Lubrizol à Rouen et le séisme du Teil en novembre.

« Ce qu’il s’est passé à Rouen montre qu’on fonctionne encore comme dans les années 1980, estime Dominique Malvaud, porte-parole de l’association. La priorité des autorités, c’est de ne pas affoler la population, mais pas de mettre en place un plan d’action le plus vite possible pour protéger les populations. » L’association s’interroge également après le récent tremblement de terre sur une zone qui compte 10 réacteurs nucléaires, à cheval sur trois départements. « Après le séisme du Teil, il n’y a eu aucune communication des préfectures sur les vérifications faites sur les équipements des réacteurs, sur les barrages, les digues. L’évacuation de la population en cas d’accident nucléaire pose question également, notamment près de Cruas où il n’existe qu’une seule petite route. »

Stop nucléaire demande donc « d’en finir avec cette crainte d’affolement des populations ». Au contraire, elle souhaiterait de la prévention et de la formation, « pour que les citoyens sachent quoi faire en cas d’alerte ». Sans réponse des préfets de la Drôme et de l’Ardèche, l’association a décidé de réitérer ses questionnements publiquement.

De son côté, la préfecture de la Drôme a précisé qu’un courrier de réponse devrait partir dans les jours à venir. Celle de l’Ardèche explique que saisir les différents services concernés peut prendre du temps.

Publié le 8 février 2020 à 6h11

Photo en titre : Pour l’instant, seule la préfecture de l’Isère leur a répondu.  Photo Le DL/Alexis HENNEBELLE

https://www.ledauphine.com/environnement/2020/02/08/apres-le-seisme-du-teil-stop-nucleaire-veut-des-reponses