BELGIQUE : LA CENTRALE DE TIHANGE REDOUTE LA FIN DU NUCLÉAIRE EN 2025 MAIS S’Y PRÉPARE

Le nucléaire, en 2025, c’est terminé et ça commence dès 2022. Selon le plan actuel, Doel fermera son réacteur 3 en octobre 2022 et Tihange suivra avec la fermeture de Tihange 2 en février de l’année suivante.

La fermeture en 2025 pose beaucoup de questions

En un an, la Belgique va perdre ses 5 derniers réacteurs. En 2025, le pays ne pourra plus compter sur 30 à 50% de sa production électrique. Une chute drastique qui inquiète le directeur de la centrale liégeoise. « Comment va-t-on assurer la production d’électricité en Belgique ? C’est un effet falaise, on passe de tout à rien. Et en attendant, les Belges voudront toujours avoir leur électricité. Je ne suis pas certain qu’ils accepteront d’avoir du courant un jour sur deux« , prévient le directeur de la centrale Jean Philippe Bainier.

Le directeur qui s’inquiète aussi pour l’emploi, lui qui travaille avec plus de 1000 personnes : « On n’a pas de visibilité, on ne sait pas vers quoi on va. Le personnel se pose des questions sur l’emploi, la garantie de l’emploi et les difficultés qu’il va rencontrer. On a donc commencé à rencontrer les employés, on veut connaître leurs aspirations. Certains métiers seront utiles dans les phases suivant la fermeture, d’autres non et il faudra que des employés acceptent de se former ou de se reconvertir« . Pour éviter une chute brutale de la production et des pertes d’emploi massives, le directeur propose une fermeture des centrales étalées sur plusieurs années.

Des équipes préparent la fermeture du premier réacteur

À Huy, on se prépare déjà à cette fermeture. « Des cadres sont désignés et ils constituent des équipes. Elles seront chargées de préparer la mise à l’arrêt définitif« , explique le directeur. Pour faire simple, ces équipes sont chargées de l’avenir des réseaux liés au réacteur Tihange 2. Elles doivent définir les réacteurs qui vont reprendre ses réseaux et comment techniquement cela sera fait.

Le nouveau système de stockage des déchets est essentiel si on veut démanteler Tihange 2

Ensuite, il faudra démanteler et faire disparaître Tihange 2. Mais pour cela, il faut avant tout s’occuper des déchets nucléaires : « L’essentiel de cette période de mise à l’arrêt qui dure 55 mois, qui survient après l’arrêt de la production et avant le démantèlement, c’est de pouvoir vider la centrale de ses éléments combustibles et pour ça, on a besoin d’un système de stockage« . Ce système, la centrale veut le construire maintenant sur son site. Elle attend le permis de bâtir de la Région Wallonne qui devrait donner sa réponse d’ici la fin du mois de février. Écolo s’oppose à ce projet. Pour les verts, Engie Electrabel construit un site, non pas pour stocker les déchets liés à l’arrêt du réacteur, mais pour y stocker ses déchets en vue d’une prolongation des centrales au-delà de 2025. La centrale se défend : « Si on ne sait pas sortir les éléments combustibles, on ne peut pas engager le démantèlement. Ça, c’est clair ! C’est pour ça qu’on a besoin de ce système de stockage« .

2020, une année chargée

La centrale a d’autres dossiers chauds à traiter. 2020 va d’ailleurs être une grosse année : « On termine le chantier de Tihange 1 pour que le réacteur réponde aux normes exigées par sa prolongation d’exploitation de 10 ans, soit jusqu’en 2025. C’est un chantier qui va encore durer 6 mois« , explique Jean-Philippe Bainier. Tihange 1 est à l’arrêt depuis fin 2019 et subit un sacré lifting afin de répondre aux normes de sécurité : « On doit connecter une nouvelle installation qui renforce la sûreté de Tihange 1« . Coût de l’opération, 600 millions d’euros pour adapter le plus vieux réacteur de Tihange aux exigences modernes.

Tihange 1 devrait redémarrer aux alentours du 10 juillet. Ce sera alors au tour de Tihange 3 d’être momentanément à l’arrêt : « On va faire une révision, remettre du combustible, mais aussi traiter le problème de béton. On va construire une nouvelle dalle comme on s’y était engagé« . Le réacteur avait connu quelques soucis en 2018. Cette réparation est planifiée durant l’été. Une fois terminée, la centrale procédera à l’entretien de Tihange 2 en fin d’année. 3 réparations pour 2020, les unes après les autres. Tihange espère ainsi garantir une bonne production énergétique. L’an dernier, elle dit avoir fourni un quart de l’énergie consommée en Belgique.

Par B.Verpoorten, publié le mardi 11 février 2020 à 20h15

Photo en titre : Le directeur de la centrale redoute 2025 mais s’y prépare – © RTBF

https://www.rtbf.be/info/regions/liege/detail_la-centrale-de-tihange-redoute-la-fin-du-nucleaire-en-2025-mais-s-y-prepare?id=10430476