POLLUTION RADIOACTIVE AU BUGEY : EDF AU TRIBUNAL

En mars 2018, le réseau «Sortir du nucléaire» a attaqué EDF pour une fuite radioactive détectée en 2017. Le procès a lieu ce vendredi au tribunal de police de Bourg-en-Bresse.

EDF est il responsable d’une pollution radioactive dans le Bugey ? C’est ce que défend le réseau d’associations « Sortir du nucléaire ». À la suite de leur plainte, l’entreprise est convoquée devant le tribunal de police de Bourg-en-Bresse ce vendredi 28 février. Elle est accusée de ne pas avoir suffisamment entretenu sa centrale, entraînant, en décembre 2017, une fuite radioactive.

Défaut de surveillance, dispositifs ne permettant pas la détection automatique des fuites, absence de réaction rapide, entretien insuffisant du matériel…

Reprenant un rapport d’inspection rédigé par l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), le réseau est revenu sur ces dysfonctionnements. « Cette pollution radioactive était la troisième survenue au Bugey en l’espace de six ans (d’autres avaient déjà fait l’objet de dépôts de plainte), commente-t-il. En janvier 2020, du tritium (substance radioactive pouvant provoquer de graves dommages à l’ADN) a encore été détecté dans un caniveau, à la suite d’une fuite sur une canalisation. »

« Cette centrale mérite elle aussi d’être arrêtée »

Pour le réseau : « Ces pollutions doivent nous interpeller sur l’état général de la centrale, qui cumule problèmes liés au vieillissement et mauvais entretien des équipements. À peine plus récente que Fessenheim, cette centrale mérite elle aussi d’être arrêtée. »

Le procès a lieu aujourd’hui à partir de 8h30 au tribunal de police. Les militants se retrouveront devant le palais de justice avant l’audience.

Le tritium, radioactif et naturel

Le tritium est un isotope radioactif de l’hydrogène. Il est présent naturellement sur terre car produit en faible quantité dans l’atmosphère par le rayonnement cosmique. Il est aussi généré par l’industrie et donc surveillé et réglementé.

Sa durée de vie est de 12 ans environ, ce qui est faible au regard des durées de vie très longues des déchets de réacteurs nucléaires.

 (NDLR : précision technique : cette manière de dire laisse penser qu’au bout de 12 ans il ne reste plus rien donc plus de risque ! En réalité, au bout de 12 ans, seule la moitié de la radioactivité a disparu. C’est ce qu’on appelle la demi-vie et non la « durée de vie ». Or il faut 10 demi-vies pour que la radioactivité résiduelle devienne négligeable soit 120 ans et non 12)

Entrant dans la composition des bombes thermonucléaires ou bombes H, jamais utilisées, le tritium trouve son utilisation dans la vie courante pour rendre luminescents des cadrans de montres ou les instruments de bord pour la navigation nocturne.

Publié le 28 février 2020 à 06h30, mis à jour à 11h31

Photo en titre : Le réseau « Sortir du nucléaire » attaque EDF sur des dysfonctionnements lors de l’entretien de la centrale nucléaire. Photo Progrès /Laurent THEVENOT

https://www.leprogres.fr/ain/2020/02/28/pollution-radioactive-au-bugey-edf-au-tribunal