LES MILITANTS DE SORTIR DU NUCLÉAIRE BERRY-GIENNOIS-PUISAYE RÉUNIS EN ASSEMBLÉE GÉNÉRALE À BRETEAU

Ce samedi 7 mars, l’association Sortir du nucléaire Berry-Giennois-Puisaye a tenu deux assemblées générales à la salle des fêtes de Breteau, petit village du Giennois. En 2020, le projet potentiel de piscine d’entreposage de combustibles usés et radioactifs à Belleville-sur-Loire sera suivi attentivement par les militants. 

L’association Sortir du nucléaire Berry-Giennois-Puisaye (SDNBGP) a tenu deux assemblées générales à la salle des fêtes de Breteau, ce samedi 7 mars. La petite commune du Giennois est la première du territoire du plan particulier d’intervention à avoir accepté de prêter sa salle.

Dans un premier temps, a eu lieu une assemblée générale extraordinaire pour inscrire officiellement dans les statuts le nom d’usage de l’association, à savoir « Sortir du nucléaire Berry-Giennois-Puisaye« . Une officialisation voulue par le conseil d’administration, essentielle lorsque l’association se porte partie civile contre la centrale de Belleville-sur-Loire, dans le Cher. D’autant qu’actuellement, une action de justice est en cours avec ce nom qui n’était pas encore officiel.

Le bilan

Tout au long de l’année 2019, SDNBGP a participé à des marches pour le climat, des conférences, a réalisé des prélèvements pour des analyses d’eau, de sédiments et de végétation dans la Loire, siège dans les commissions locales d’intervention des centrales nucléaires de Dampierre-en-Burly et Belleville…

Le 12 mars, l’association a fait une citation directe contre le centre national de production d’électricité de Belleville-sur-Loire, une conséquence des anomalies de gestion relevées par l’Autorité de sûreté nucléaire en avril 2017 ayant entraîné le placement de la centrale en surveillance renforcée en septembre de cette même année. La citation a été frappée de nullité sur la forme puis, en novembre 2019, de nullité sur le fond. Sortir du nucléaire Berry-Giennois-Puisaye se pourvoit donc en cassation.

Les projets

Pour les adhérents, 2020 est une année charnière. Les administrateurs se disent « usés, il y a eu beaucoup de batailles perdues« , mais souhaitent continuer leur fonction durant encore au moins un an.

L’un des dossiers qu’ils suivront attentivement, cette année, concerne le projet de piscine d’entreposage de combustibles usés et radioactifs, potentiellement à Belleville-sur-Loire.

EDF doit déposer, avant fin 2020, sa demande d’autorisation de création pour la construction d’une piscine centralisée. En revanche, pour le moment, l’entreprise n’a pas précisé où aurait lieu cette implantation.

Les adhérents veulent communiquer au maximum sur ce projet de piscine « pour que les gens puissent, au moment de l’enquête publique, poser des questions pertinentes« .

Le 25 avril 2020, ils organisent une conférence au cinéma de Cosne-sur-Loire, dans la Nièvre, sur les conséquences d’un accident nucléaire.

À lire également : Production, sûreté, accidents du travail… l’heure du bilan à la centrale nucléaire de Dampierre-en-Burly

Publié le 07/03/2020 à 20h00

Photo en titre : La centrale nucléaire de Dampierre-en-Burly, dans le Loiret. © gaujard christelle

https://www.larep.fr/breteau-45250/actualites/les-militants-de-sortir-du-nucleaire-berry-giennois-puisaye-reunis-en-assemblee-generale-a-breteau_13760552/

Site de l’association : https://sdn-berry-puisaye.webnode.fr/