CENTRALE NUCLÉAIRE DE CIVAUX: LE CAMPING SE VIDE

Ils étaient arrivés lundi de la Drôme, du Pas-de-Calais, de Seine-Maritime ou d’Indre-et-Loire pour participer aux travaux de « visite partielle » à la centrale nucléaire, s’installant dans des chalets, caravanes, gîtes et mobil-homes loués dans les villages autour de Civaux. De nombreux salariés d’entreprises sous-traitantes d’EDF ont repris la route mardi et mercredi, à la demande de leurs employeurs, pour se conformer aux mesures de confinement (lire également en page départementale).

En deux jours, le camping de Queaux s’est ainsi vidé de sa clientèle nucléaire qui devait lui assurer un regain d’activité en basse saison. « Lundi nous avons fait notre embauche. Mardi matin il y a eu une réunion de la direction d’EDF. À 14 h 30, les déplacés de longue distance ont été démobilisés pour qu’ils puissent aller se confiner chez eux, explique l’un des salariés sur le départ. Les travaux dans le réacteur sont reportés sans qu’une date de reprise soit fixée. Seuls les travailleurs « locaux » restent sur la base du volontariat. Ceux qui font jouer leur droit de retrait ont peur d’être taxés d’abandon de poste et estiment qu’ils n’ont pas vraiment de choix. »

Rôdés au risque nucléaire, ces salariés s’inquiètent du risque de contamination par le coronavirus au sein d’équipes qui œuvrent en milieu clos. Mercredi, les peintres, échafaudeurs, calorifugeurs, étancheurs sont également repartis : « Nous n’avions ni masques ni gel. Nos entreprises nous ont rappelés pour un arrêt de 15 jours minimum. Nous avons reçu nos autorisations de circuler. Mais nous espérons revenir bientôt. »

Publié le 19/03/2020 à 06h25, mis à jour le 19/03/2020 à 06h25

Photo en titre : Départs précipités des ouvriers déplacés pour les travaux sur la centrale nucléaire de Civaux.
© Photo NR

https://www.lanouvellerepublique.fr/vienne/commune/queaux/centrale-nucleaire-le-camping-se-vide