PÉTROLE, ÉLECTRICITÉ, TRANSITION ÉNERGÉTIQUE : QUELS IMPACTS DU CORONAVIRUS ?

La crise du coronavirus à laquelle la France et une partie du monde font face nous affecte chacune et chacun dans notre quotidien, soit parce que nous continuons de travailler pour prendre soin des autres et assurer leurs besoins essentiels, soit parce que nous sommes confiné·es, parfois dans des conditions éprouvantes. Dans la difficulté, notre force réside aussi dans notre capacité à rester lucides et à ne pas accepter n’importe quelle réponse politique lorsque nous parlerons de la crise du coronavirus au passé. Les industries les plus toxiques sont à la manœuvre, alors que des premiers plans de relance se dessinent déjà. À nous de faire en sorte que la relance soit écologique, équitable et citoyenne. Aujourd’hui, focus sur l’impact du coronavirus sur la consommation d’énergie, la crise du pétrole et la transition énergétique à travers trois questions.

La crise du Coronavirus impactera-t-elle la facture énergie des ménages français ?

En temps normal et en moyenne, chaque ménage français dépense environ 1 500 euros par an pour l’énergie consommée au sein du logement (c’est sans compter la facture liée aux déplacements). Cette facture risque d’augmenter à cause du confinement lié au Covid-19. Pourquoi ? Parce que sur une semaine de confinement donnée, une famille est amenée à consommer beaucoup plus d’énergie que d’habitude à la maison : en moyenne, des dizaines d’heures supplémentaires par personne. Mécaniquement, la consommation d’électricité augmente parce que les lumières sont plus souvent allumées, les nombreux écrans (en moyenne 5,5 par foyer en 2016) et la centaine d’équipements électriques (oui, vous avez bien lu !) fonctionnent plus souvent aussi. Le chauffage, qui représente 60 % de la consommation d’énergie d’un foyer, est également plus sollicité que d’habitude. Monter d’1°C le chauffage représente 7 % de gaz, fioul ou d’électricité en plus. Heureusement, le confinement ne s’est pas produit au cœur de l’hiver. 

La facture risque d’être encore plus salée pour les 12 millions de personnes en situation de précarité énergétique : ces personnes vivent dans des logements mal isolés et dotés de chauffages non performants. Elles dépensent en moyenne 1 925 € par an en énergie, bien plus que la moyenne. Parmi elles, plusieurs millions de français·es sont touché·es par la pauvreté et sont en difficulté pour payer leurs factures. Le confinement doit nous alerter plus que jamais sur l’importance d’agir sur la consommation d’énergie et d’électricité pour améliorer le quotidien des Français·es et leurs fins de mois. Il existe des solutions que l’État tarde à mettre en place :

  • Rénover les 7 millions de logements les plus mal isolés, sources de précarité 
  • Remplacer les millions de chauffages non performants et coûteux (les vieux convecteurs électriques très énergivores et le chauffage au fioul en priorité)
  • Contraindre les propriétaires à engager les travaux de rénovation indispensables dès maintenant

La crise que nous traversons doit nous servir d’électrochoc : les politiques publiques doivent réduire notre dépendance à l’énergie, nous permettre de consommer et dépenser moins, tout en vivant mieux. 

Les secteurs du pétrole et du gaz sont en crise. Est-ce lié à la pandémie du coronavirus ?

On finit par l’oublier mais le gaz et le pétrole ont envahi nos vies : ils servent de carburant aux millions de voitures, camions, bateaux et avions en circulation. Ils chauffent des millions de logements. On trouve aussi du pétrole dans les 5 millions de tonnes de plastique consommées chaque année en France. À eux seuls, le pétrole et le gaz sont responsables de 50 % des émissions de gaz à effet de serre dans le monde. Depuis des décennies, le système économique repose sur ces énergies fossiles, et l’industrie met tout en œuvre pour que ce système continue, peu importe les conséquences dramatiques pour la planète.

Mais la situation ne peut plus durer et la crise du Covid-19 a mis un coup d’arrêt à un secteur déjà en crise depuis longtemps. Si les prix du pétrole ont chuté de 40 % depuis le début de la pandémie, ça n’est pas juste le reflet d’une économie ralentie mais d’une crise plus structurelle : les principaux pays producteurs et exportateurs de pétrole, dans le contexte de baisse de la demande, et donc de baisse des prix, n’ont pas trouvé de terrain d’entente pour essayer de soutenir le prix du baril en limitant leur production. Ils se sont au contraire livrés à une guerre entre eux, chacun essayant de conforter sa position dominante sur le marché de l’or noir. Ainsi, l’Arabie Saoudite et la Russie ont inondé le marché avec du pétrole à bas prix pour tenter de déstabiliser les États-Unis, dont le mode de production du pétrole est plus coûteux. Comme la pandémie a gagné du terrain et entraîné la diminution des déplacements de personnes et de marchandises, la demande en pétrole  a continué de s’effondrer, tirant encore les prix vers le bas. Résultats, il y a trop de pétrole sur le marché, et les tensions géopolitiques se sont démultipliées. Les nouveaux projets apparaissent alors de moins en moins rentables et de plus en plus risqués pour les investisseurs, d’autant plus que les alternatives se développent de plus en plus vite.

La crise du Covid-19 vient simplement rappeler que les perspectives de développement et de croissance que nous vend l’industrie pétrolière sont fausses et illusoires. Est-ce la fin du pétrole ? Sûrement pas à très court terme et il faut s’attendre à des rebonds trompeurs. Mais à moyen terme, ce que montre la situation est très clair : le pétrole est d’ores et déjà une industrie du passé. Si le jour d’après ne doit pas être le jour d’avant, il ne faut pas sauver les dinosaures des hydrocarbures mais investir massivement dans la transition énergétique. 

La crise du Covid-19 peut-elle accélérer  la transition énergétique ?

Oui ! La crise du coronavirus nous impose de penser l’avenir et nous avons le choix. Nous pouvons choisir le retour en arrière et investir dans l’économie et les énergies du passé, destructrices pour l’environnement et le climat, qui protègent les intérêts de quelques-uns au détriment du plus grand nombre. Ou alors, nous pouvons choisir de faire un bond en avant en accélérant la transition vers un autre système énergétique, renouvelable et économe en énergie, plus démocratique, créateurs d’emplois et de bénéfices pour les habitants

Des plans de relances de milliers de milliards d’euros sont en préparation dans le monde et en France : investissons cet argent pour poser les bases d’un système énergétique plus soutenable et démocratique, et assurons-nous qu’il ne viendra pas soutenir les industries les plus émettrices et les plus polluantes. 

Il est temps d’imposer à l’industrie de nouvelles règles, d’accélérer la sortie du pétrole tout en refusant les fausses solutions comme le gaz “naturel”, de nouveaux investissements dans le nucléaire, ou encore des technologies non éprouvées comme la Capture et le stockage du carbone. C’est justement ce système qui nous a conduits à cette catastrophe.

Les vraies solutions pour respecter nos engagements climatiques sont à portée de main : à condition d’investir massivement dans les transports publics, la rénovation des logements, l’optimisation de systèmes de chauffage, l’efficacité énergétique, la sobriété dans les modes de consommation, et les énergies renouvelables. Tous ces investissements seront porteurs de bénéfices pour l’économie et la société : moins de précarité énergétique, moins de dépenses pour les ménages, moins de pollution de l’air et de problèmes sanitaires, moins de déchets, moins d’extraction de matières premières, plus d’emplois et de bénéfices non-délocalisables. Chaque million d’euros investi permet de créer 16 emplois dans le bâtiment ou 15 dans les énergies renouvelables, contre seulement 6 dans le charbon ou le nucléaire. Des centaines de milliers d’emplois sont à la clé dans les années qui viennent et créeront de la valeur ajoutée nationale. 

Il est impératif de veiller à ce que nos décideurs ne profitent pas du plan de relance après cette crise du coronavirus pour renflouer l’ancien système et sauver les énergies du passé. Les piliers de l’économie du jour d’après doivent être climatiques, écologiques et sociaux.

Publié le 9 avril 2020

https://www.greenpeace.fr/petrole-electricite-transition-energetique-quels-impacts-du-coronavirus/