ENERCOOP PRÉSENTE SA VISION DE L’AVENIR DE L’ÉNERGIE

L’épidémie de Covid-19 a soulevé des questions sur le modèle énergétique de l’Hexagone. Fournisseur d’énergie verte, Enercoop profite de ce moment de « réflexion sur le monde d’après » pour exposer aux Français sa vision du monde de l’énergie. ARENH, offres d’électricité verte, transition énergétique et citoyenneté, il fait le point sur 3 grands sujets.

Qui est Enercoop ?

Fournisseur d’électricité verte et locale, Enercoop fonctionne sur le modèle de la coopérative. Les clients du fournisseur peuvent aussi en être sociétaires en achetant une part de la coopérative. Aujourd’hui, Enercoop témoigne d’un portefeuille de 90 000 clients, dont 48 500 sociétaires.

Très engagé dans la transition énergétique, il est arrivé 1er ex-æquo avec Planète Oui du classement des fournisseurs d’électricité verte de Greenpeace.

Enercoop : quelles positions sur l’ARENH ?

L’ARENH, qu’est-ce que c’est ? Avant de connaitre les positions d’Enercoop sur l’Accès Régulé à l’Énergie Nucléaire Historique (ARENH), il convient de bien en comprendre le dispositif. Le mécanisme de l’ARENH oblige EDF à vendre une certaine quantité de sa production nucléaire (100 TWh par an) aux fournisseurs alternatifs à 42€ le MWh. Chaque fournisseur est libre de faire une demande d’ARENH ou non.

À l’heure actuelle, le dispositif est dans la tourmente. Avec la chute de la demande d’électricité, certains fournisseurs ont souhaité renoncer à leur commande d’énergie nucléaire pour pouvoir s’approvisionner autrement. Ainsi, une poursuite judiciaire contre EDF a été engagée à ce sujet par Total Direct Énergie et ekWateur.

Ce dernier, bien que fournisseur d’électricité verte, grâce au mécanisme des garanties d’origine, peut s’approvisionner en énergie nucléaire. Il faudra juste qu’il s’assure que pour un kWh d’électricité consommé un kWh d’électricité verte est injecté sur le réseau. Enercoop a fait savoir que cette polémique ne le concernait pas puisqu’il s’approvisionne uniquement auprès de producteurs d’énergies renouvelables.

En cohérence avec sa vision d’un système énergétique 100% renouvelable, Enercoop ne souhaite pas proposer à ses clients des offres sourcées, même partiellement, sur le marché de l’énergie nucléaire, ni profiter des opportunités économiques qu’il a pu représenter pour les fournisseurs à certains moments. (Enercoop – Communiqué de Presse du 13 mai 2020)

La récente polémique pose aussi la question de l’avenir du mécanisme de l’ARENH. En vertu de la loi NOME, ce dernier est censé être révisé ou prendre fin en 2025. Selon Boris SOLIER, Responsable du pôle transitions énergétiques de la Chaire Économie du Climat de l’Université Paris Dauphine, Jacques PERCEBOIS, Professeur émérite à l’Université de Montpellier, le nucléaire pourrait être considéré comme une « essential facility », une infrastructure assurant aux usagers un certain volume d’électricité à prix stable.

Dans ce scénario, tous les fournisseurs seraient alors obligés de se fournir en partie via l’ARENH. Cette perspective ne correspond pas aux valeurs d’Enercoop. L’opérateur l’a fait savoir via le biais d’une consultation publique.

« Rendre obligatoire l’ARENH (et non optionnel comme c’est le cas aujourd’hui), ainsi que le propose le projet de réforme, revient à interdire le choix délibéré de certains fournisseurs qui, pour répondre à la volonté d’une part croissante de la population, refusent d’asseoir leur modèle économique sur le nucléaire. »
Amandine Albizzati, PDG d’Enercoop

Électricité verte : le label de l’ADEME salué par Enercoop

Aujourd’hui, plus de 70% des offres d’électricité sont des offres « vertes« . Évidemment toutes ne se valent pas mais il est difficile pour le consommateur de les départager. L’Ademe a donc décidé de mettre en place un label spécifique visant à mieux informer les ménages. Enercoop se réjouit de savoir que le label de l’Ademe devrait valoriser les fournisseurs ne s’appuyant pas sur l’ARENH. Il souhaite simplement que le label aille plus loin en mettant en avant les « projets citoyens ».

Mettre le citoyen au cœur de la transition énergétique

Enfin, Enercoop se mobilise pour faire entrer dans le droit français les notions de communautés d’énergie renouvelable et les communautés énergétiques citoyennes. Pour le fournisseur, le citoyen doit pouvoir s’engager activement dans la transition énergétique.

Les projets citoyens peuvent, par exemple, prendre la forme d’autoconsommation photovoltaïque collective. En installant des panneaux solaires les consommateurs peuvent s’alimenter en électricité mais aussi approvisionner leurs voisins, les entreprises locales, etc.

En 2016, selon l’association Énergie partagée, on dénombrait 315 communautés énergétiques sur le territoire français. Elles génèrent environ 0,2% de la production d’électricité renouvelable annuelle de l’Hexagone.

Souscrire chez Enercoop, comment faire ? Pour souscrire un contrat d’électricité chez Enercoop, le consommateur doit simplement prendre contact avec le fournisseur en ligne ou par téléphone. Lui seront alors demandés son Point de Livraison (PDL) ainsi que son relevé de compteur électrique à date. Une fois ces informations transmises, il n’a pas besoin de résilier son précédent contrat, sauf en cas de déménagement. Enercoop s’en chargera pour lui.

Par Caroline Dusanter , mis à jour le 18/05/2020

Caroline Dusanter : diplômée d’un Master 2 du CELSA, Caroline a rejoint l’équipe Selectra en mars 2018 comme rédactrice freelance. Elle rédige une partie des articles de Selectra liés à l’actualité du secteur énergétique.

https://selectra.info/energie/actualites/acteurs/enercoop-vision-energie