ESSAIS NUCLÉAIRES EN POLYNÉSIE : LE MÉPRIS DE L’ÉTAT EXPLOSE AU GRAND JOUR

Édition spéciale : C’est en catimini que l’Assemblée nationale a adopté, le 14 mai dernier, le projet de loi portant diverses dispositions urgentes pour faire face aux conséquences de l’épidémie de Covid-19, avec l’article 2 concernant les essais nucléaires en Polynésie, ainsi que les modalités d’indemnisation. L’amendement de retrait déposé par le député Moetai Brotherson n’a pas été retenu et la loi rendra applicable à toutes les demandes d’indemnisation « Loi Morin » en cours la condition d’exposition minimale annuelle de 1 millisievert. Indigné, le parlementaire polynésien et vice-président du Tavini Huiraatira interroge l’État français : « Qu’est-ce que le peuple polynésien vous a fait pour que vous nous détestiez autant ? » De même, les associations 193 et Moruroa e Tatou crient au scandale et fustigent l’État après ce « coup de Trafalgar » manigancé depuis les hautes sphères parisiennes. Désormais, elles rejettent à l’unisson le projet de Centre de mémoire, pourtant censé apaiser les tensions. Dans cette édition spéciale, un ingénieur retraité de la Direction des essais du Commissariat à l’énergie atomique (CEA), Ghislain Houzel, qui a effectué de très nombreuses missions à Moruroa, de 1966 1997, et assisté à plus de 120 tirs, raconte en outre l’horreur des essais, sans langue de bois. La page du nucléaire, qui a profondément entaché les relations du fenua dans son histoire avec la France métropolitaine, n’est toujours pas tournée. Le sera-t-elle un jour Ensemble, faisons bouger les lignes !

Bonne lecture, te aroha ia rahi.

Disponible dès demain dans tous vos points de vente habituels.

Disponible également :

Rédigé par Tahiti Infos, publié le Jeudi 28 Mai 2020 à 16h44

https://www.tahiti-infos.com/A-la-UNE-de-Tahiti-Pacifique-vendredi-29-mai-2020_a191459.html