LES EXAMENS DE SANTÉ DE LA CENTRALE DU BUGEY CONTINUENT: ÉPREUVES ET TESTS DE RÉSISTANCE

La 4ème visite décennale de l’unité n°2 de production de la centrale nucléaire du Bugey se poursuit. Le deuxième examen (sur trois), visant à l’obtention de l’autorisation de poursuite d’exploitation, a été réalisé par EDF et ses partenaires.

La 4ème visite décennale (VD4)* de l’unité de production n° 2, mise à l’arrêt le 18 janvier dernier, a franchi mi-mai un nouveau jalon : l’épreuve hydraulique du circuit primaire principal du réacteur qui vise à garantir son étanchéité.

Réalisée en présence d’inspecteurs de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) et avec le concours des unités d’ingénierie d’EDF, l’épreuve hydraulique consiste à augmenter la pression dans le circuit primaire par paliers successifs pour atteindre pendant plusieurs heures une pression près de 1,3 fois supérieure à celle du fonctionnement normal du circuit (la pression est ainsi portée à 176 bars puis stabilisée à 207 bars pendant six heures contre 155 bars en fonctionnement normal).

L’objectif : vérifier par une série de mesures et de contrôles exhaustifs que la résistance et l’étanchéité des circuits et des gros composants (cuve, pressuriseur et générateurs de vapeur) sont conformes à l’attendu et permettent la poursuite de l’exploitation du réacteur en toute sûreté.

À lire aussi

Le réacteur Bugey 3 défaillant plus de huit jours ?

Déchets nucléaires : les « anti » dénoncent un décret caduc

Les éoliennes fleurissent dans les terres fertiles du Haut-Bugey

Un examen préparé minutieusement

Pour préparer l’épreuve hydraulique du circuit primaire, les équipes d’EDF et des entreprises partenaires se sont appuyées sur le retour d’expérience du parc nucléaire français. Elles ont déployé un programme de maintenance spécifique en amont sur la robinetterie et les différents matériels qui composent le circuit primaire. 1 200 soudures ont, par exemple, été contrôlées au préalable. Différents capteurs de température et d’écoute acoustique ont également été installés sur les gros composants du circuit primaire (cuve, générateurs de vapeur et pressuriseur) pour contrôler la température durant l’épreuve et s’assurer de l’absence d’inétanchéités.

Les équipes EDF et prestataires restent mobilisées dans la poursuite de l’arrêt avec en ligne de mire le dernier des trois examens réglementaires d’une visite décennale : l’épreuve enceinte.

À lire aussi : Long format : 40 ans de nucléaire à la centrale du Bugey: stop ou encore?

Qu’est-ce qu’une visite décennale ?

Une visite décennale se distingue des autres arrêts (arrêts de simple rechargement et de visites partielles) par la réalisation de trois examens réglementaires, dont la réussite est déterminante pour obtenir l’autorisation de poursuite d’exploitation délivrée par l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) :

➤  1. le contrôle de la cuve du réacteur ;

➤  2. l’épreuve hydraulique du circuit primaire : augmenter la pression dans le circuit jusqu’à 207 bars (contre 155 en fonctionnement normal) pour s’assurer de son étanchéité ;

➤  3. l’épreuve enceinte du bâtiment réacteur qui consiste à augmenter la pression à plus de 3,5 bars dans le bâtiment afin de contrôler sa résistance et son étanchéité en conditions accidentelles. Après réussite de ces examens réglementaires et à l’issue de la réalisation du programme de maintenance programmé lors de la visite décennale, le niveau de sûreté d’un réacteur atteint les meilleurs standards internationaux. C’est ensuite à l’ASN de se prononcer sur l’autorisation de redémarrer l’unité de production pour dix ans supplémentaires.

Par notre correspondant, Jean-Claude MIRABEL, publié le 7 juin 2020 à 06h30, mis à jour à 08h30

https://www.leprogres.fr/environnement/2020/06/07/epreuves-et-tests-de-resistance-a-la-centrale-du-bugey