NUCLÉAIRE : DES MORCEAUX DE PLASTIQUE DANS DES POMPES DE REFROIDISSEMENT À LA CENTRALE DE FLAMANVILLE

Cet incident, survenu sur les deux réacteurs de la centrale de Flamanville est, selon l’Autorité de sûreté nucléaire, potentiellement générique à l’échelle du parc nucléaire.

Le 26 février 2020, et à nouveau le 9 mars, les deux pompes de la voie A du circuit d’eau brute secourue (SEC) du réacteur 2 de la centrale de Flamanville (Manche) ont présenté à tour de rôle un ralentissement.

Ralentissement

Ce circuit permet de refroidir un autre circuit, le circuit de refroidissement intermédiaire, qui assure, lui, le refroidissement de matériels importants pour la sûreté du réacteur. Ce circuit, dit « de sauvegarde », est constitué de deux voies redondantes (A et B) comportant chacune deux pompes de circulation et deux échangeurs de chaleur.

À la suite de la détection de ces anomalies, EDF a effectué un contrôle endoscopique et a retiré des morceaux de gaine en plastique coincés dans les circuits.

Le 10 mars, c’est sur le même circuit du réacteur n° 1 qu’un ralentissement de la pompe a été observé, ne permettant plus de considérer cette pompe comme pleinement fonctionnelle. 

L’Autorité de sûreté nucléaire a étudié de près ces événements :

Les analyses réalisées sur les corps migrants extraits ont déterminé qu’ils étaient issus d’une dégradation antérieure, sur environ 5 mètres, d’un fourreau de protection de câbles électriques situés dans la voie A du système de filtration du réacteur 1. Ce fourreau a été aspiré par les pompes du circuit SEC de la voie A des 2 réacteurs du fait de l’utilisation d’une ligne d’interconnexion.

Cet événement, déclaré par EDF le 11 mai 2020, n’a pas eu de conséquence sur les installations, les personnes et l’environnement.

Un événement classé niveau 1

Néanmoins, en raison de ses conséquences pour la sûreté et de l’identification tardive de son origine par l’exploitant, cet événement a été classé au niveau 1 de l’échelle INES.

Après retrait des corps migrants et contrôle des circuits, EDF a remis en service les pompes concernées et programmé le retrait de tous les fourreaux de ce type, susceptibles d’engendrer les mêmes anomalies.

Un événement potentiellement générique à l’échelle du parc nucléaire, relève encore l’ASN.

La question de l’entretien ?

Ce qui ne rassure pas le réseau Sortir du Nucléaire :

Il est plus que surprenant que l’exploitant du site placé sous la loupe de l’Autorité de sûreté nucléaire n’ait pas déclaré avant le 11 mai un événement aussi significatif pour la sûreté

Les antinucléaires ne manquent pas de s’interroger sur la qualité de l’entretien des équipements et l’efficacité de la surveillance des installations par l’exploitant.

Par la publié le 8 Juin 20 à 6h50

Photo en titre : Les deux réacteurs de la centrale de Flamanville ont été victimes du même incident à quelques jours d’intervalle. (©Jean-Paul BARBIER)

https://actu.fr/normandie/flamanville_50184/nucleaire-des-morceaux-de-plastique-dans-des-pompes-de-refroidissement-a-la-centrale-de-flamanville_34129305.html